Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

SASKATCHEWAN – En introduisant un projet de loi permettant la facturation des IRM aux patients, le gouvernement de la Saskatchewan signe le début d’un système de santé à deux vitesses, selon le SCFP.

« En permettant à ceux qui en ont le moyen de payer pour obtenir une imagerie par résonance magnétique plus rapidement – sans égard aux besoins – on donne naissance à un système de santé à deux vitesses, affirme le président du SCFP-Saskatchewan, Tom Graham. Les gens au portefeuille bien garni pourront obtenir une IRM rapidement; les autres devront attendre. »

M. Graham rappelle l’exemple de provinces qui ont tâté du modèle de l’utilisateur-payeur; les études démontrent que le temps d’attente s’y est allongé. En Alberta, ce modèle a placé la province en contravention de la Loi canadienne sur la santé; celle-ci a dû rembourser les patients qui avaient besoin d’une IRM.

En outre, le syndicat craint que les exploitants d’IRM privés privent le système public de professionnels de la santé, comme le font les cliniques privées.

« Une loi qui permet à certaines personnes de passer devant les autres dans la file et qui provoquera l’exode de professionnels de la santé vers le privé entraînera certainement une diminution de l’accès aux soins et un allongement des listes d’attente, soutient M. Graham. Transférer de nouveaux frais aux patients et drainer le système de santé public, ça n’a rien de novateur; ça s’appelle la privatisation. »

Pour en savoir plus ou pour demander une entrevue, contactez :

Nathan Markwart

SCFP-Saskatchewan

306-757-1009

 306-537-9426