HONDURAS

Au Honduras, dans la foulée des élections du 26 novembre dernier, des dizaines de milliers de citoyens sont descendus dans la rue pour dénoncer la fraude électorale et réclamer la démission immédiate du président Juan Orlando Hernández. Des supporteurs du CODEMUH, une organisation partenaire du SCFP, étaient du nombre. L’Organisation des États américains a conclu qu’il y a eu fraude et réclamé de nouvelles élections. Le Canada a pour sa part reconnu la légitimité d’Hernandez avant son entrée en fonction.

Le 22 janvier, 88 universitaires canadiens ont adressé une lettre conjointe au gouvernement Trudeau. On y lit que « le Canada ne doit pas légitimer la réélection frauduleuse et répressive de Juan Orlando Hernández en assistant à sa cérémonie d’investiture. De plus, il doit cesser toute aide à son régime discrédité. »

PHILIPPINES

En février, le gouvernement du Canada a donné le feu vert à la vente de 16 hélicoptères à l’armée des Philippines. Dans la foulée, le SCFP et plusieurs organisations de la société civile canadienne travaillant de concert avec les syndicats philippins et des organisations de défense des droits de la personne ont fait part de leurs craintes au gouvernement Trudeau. Étant donné les graves violations des droits de la personne aux Philippines documentées par les organisations internationales de défense des droits de la personne, le SCFP et ses alliés ont indiqué aux autorités canadiennes que la possibilité que l’armée philippine utilise ces hélicoptères pour effectuer des bombardements et ainsi mettre en danger la population civile est bien réelle. Les syndicats et les organisations de la société civile ont multiplié les efforts pour faire dérailler le contrat des hélicoptères. En partie grâce aux pressions qu’ils ont exercées, le contrat a été annulé. Il faut toutefois demeurer vigilant afin de s’assurer que l’équipement militaire vendu par le Canada ne serve pas à bafouer les droits de la personne.

FORUM SOCIAL MONDIAL

Le Forum social mondial se déroulera du 13 au 17 mars à Salvador de Bahia au Brésil. Sous le thème Résister c’est créer, résister c’est transformer, le Forum proposera des alternatives pour un monde meilleur. Ce rassemblement mondial a lieu alors qu’un coup d’État déguisé de la part de la droite vient de se produire au Brésil et que le pays vit une période de tourmente politique. La Cour d’appel fédérale, dont la légitimité est contestée, a en effet décidé de maintenir la condamnation pour corruption de l’ex-président de gauche Luiz Inácio Lula da Silva.

Le président du SCFP‑Québec, Denis Bolduc, participera au forum comme membre de la délégation de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).