Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) et ses 650 000 membres au pays refusent de rester cois devant le suprémacisme blanc, le fanatisme et la violence raciste qui se sont déployés à Charlottesville, en Virginie, la fin de semaine dernière. Le SCFP condamne ces gestes haineux. Il est solidaire des personnes qui ont eu le courage de contester cette violence et cette haine.

Nous transmettons nos plus sincères condoléances à la famille et aux amis de Heather D. Heyer, militante des droits de la personne et alliée passionnée, qui a perdu la vie lorsqu’un partisan nazi l’a frappée volontairement avec son véhicule, elle et des dizaines d’autres innocents.

Nous condamnons aussi la réaction du président américain Donald Trump qui, au lieu de condamner ces actes de violence et de terrorisme intérieur, les a encouragés — par omission — à se propager aux États-Unis et à travers le monde, y compris au Canada.

Malgré notre abasourdissement, n’allons pas croire qu’une telle chose ne puisse pas se produire chez nous. Au Canada, les suprémacistes blancs, renforcés dans leurs croyances depuis l’élection de Donald Trump, commettent de plus en plus d’actes de violence et de vandalisme. Et la situation ne peut que s’aggraver si nous n’agissons pas dès maintenant.

Rappelons-nous que nous, membres du SCFP et Canadiens, sommes plus nombreux qu’eux. Soyons vigilants dans nos efforts pour célébrer la diversité et l’inclusion. Ne nous laissons pas diviser dans notre lutte contre le suprémacisme blanc, le racisme, l’islamophobie, l’antisémitisme et la violence.

Pour reprendre les paroles de Martin Luther King Jr., « nos vies commencent à s’achever le jour où nous demeurons silencieux à propos des choses qui comptent ». Nous ne nous tairons pas.