Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TRURO - Le président du Écosse, Danny Cavanagh, s’est dit consterné d’apprendre qu’il n’y a aucun représentant du monde syndical au comité consultatif appointé par le ministre de la Santé pour consolider les agences régionales de la santé.

« On parle ici d’une main-d’œuvre syndiquée à près de 80 pour cent, rappelle-t-il. Et nous sommes censés croire que ce comité sera capable de mener une réflexion équilibrée? Qu’est-ce que ce geste envoie comme message à ces travailleurs et à leurs syndicats? Que notre gouvernement provincial et notre ministre de la Santé sont déconnectés de la réalité du réseau de la santé. »

« Franchement, nous sommes choqués d’entendre le ministre Glavine dire qu’il construit un système de santé axé sur la qualité et la sécurité – ses propres mots – sans qu’il inclue une seule voix syndicale à son comité », ajoute Wayne Thomas, coordonnateur du secteur des soins actifs au SCFP.

Il précise que le SCFP représente 4 300 travailleurs de première ligne dans huit agences régionales de la santé en Nouvelle-Écosse. Le SCFP est le plus gros syndicat de la santé à l’extérieur de la région de la capitale.

Le SCFP est aussi le plus gros syndicat de la santé au Canada. Il regroupe plus de 150 000 travailleurs de la santé répartis dans toutes les provinces et possède une vaste expérience dans ce secteur.