Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

VANCOUVER – La Commission des relations de travail de la C.-B. a rendu son verdict : l’université Simon Fraser (SFU) est coupable de mauvaise foi dans ses négociations avec ses 1 000 employés de soutien affiliés au SCFP. Cette décision, selon laquelle la SFU a enfreint le Code du travail provincial, a été prononcée hier.

Les membres de la section locale 3338 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) sont sans contrat de travail depuis près de trois ans. La SFU est la seule université de la Colombie-Britannique à ne pas avoir négocié de bonne foi le renouvellement de la convention collective de ses employés de soutien affiliés au SCFP.

La décision de la commission s’appuie sur les efforts de l’université afin d’attacher le renouvellement de la convention collective du SCFP au règlement des difficultés du régime de retraite (qui serait déficitaire de 64,5 millions de dollars). La commission a conclu « qu’en cherchant à laisser le régime de retraite sur la table de négociation à ce stade-ci, l’université a enfreint […] le Code du travail. »

« À la lumière de cette décision, nous sommes impatients de retourner à la table des négociations, pour décrocher un contrat cette fois, affirme Tracy Mathieson, coordonnatrice du secteur universitaire au SCFP-C.-B. Nous sommes disponibles et prêts pour une rencontre. »

La présidente du SCFP 3338, Lynne Fowler, soutient que cette décision « constitue une victoire pour nos membres et notre comité de négociation. Notre contrat de travail se fait attendre depuis trop longtemps : voilà le message qu’envoie ce verdict à la SFU. »

Pour modifier le régime de retraite de la SFU, multipartite, il faut obtenir l’aval de toutes les parties, y compris d’autres syndicats et associations d’employés. Ces joueurs se sont tous retirés des pourparlers à la fin de l’an dernier, en affirmant attendre de renouveler leurs conventions collectives avant de discuter du régime de retraite. Le SCFP a répété maintes fois au SFU qu’il ferait tout en son pouvoir pour l’aider à sortir le régime de sa crise, mais uniquement après avoir renouvelé la convention collective et uniquement en présence des autres participants au régime.

Les membres du SCFP 3338 à la SFU sont des employés de bureau, des opérateurs d’ordinateur, des aides-bibliothécaires, des techniciens, des sauveteurs, des conseillers à l’aide financière, des technologues en immeubles, des analystes-programmeurs, des acheteurs, des magasiniers, des spécialistes de l’information, des commis contrôleurs, des spécialistes en ressources départementales et des programmeurs d’entretien.

Pour en savoir plus, contactez :

Lynne Fowler
Présidente du SCFP 3338
 778.782.5704

Tracy Mathieson
Coordonnatrice du secteur universitaire au SCFP-C.-B.
 604.671.4777

Murray Bush
Conseiller national en communications du SCFP
 778.554.2234