Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le plan de Tim Hudak équivaut à des compressions pour les soins de santé en Ontario—le fantôme de Mike Harris plane

Tim Hudak, chef du Parti progressiste conservateur de l’Ontario (PC), a proposé hier en grande pompe un plan qui donnera lieu, en fait, à une diminution du financement accordé à la santé.  Les montants prévus sont inférieurs au taux d’inflation et aux investissements annuels du gouvernement libéral actuel qui ont mené à des réductions de programmes, de lits et de services, affirme Michael Hurley, président du CSHO.

 « Un examen approfondi des chiffres proposés par Tim Hudak montre que les calculs des conservateurs donnent non pas plus de financement pour la santé, mais moins que l’actuel niveau offert par le gouvernement libéral.  Les Ontariens ont de quoi s’inquiéter, parce que les chiffres de M. Hudak mèneront à des compressions dans le financement des soins de santé, et non à une hausse », explique Michael Hurley. 

En évaluant le financement proposé pour les soins de santé, on se rend compte que les 6,1 milliards de dollars annoncés par le PC ont été gonflés. Les dépenses totales pour le ministère de la Santé et des Soins de longue durée, cette année, s’élèvent à 47,139 milliards de dollars. Une hausse de 6,1 milliards de dollars équivaut à 12,9 pour cent sur quatre ans, ou  3,1 pour cent, à un moment où l’indice des prix à la consommation augmente à un rythme de 3,6 pour cent par année. Le montant « supérieur » proposé par le PC est en fait inférieur au taux d’inflation et nous fait encore reculer, avec une population croissante et vieillissante.

« Ces chiffres, précise Michael Hurley, donnent moins d’argent pour la santé, pas plus. » 

Une bonne partie de l’argent fièrement annoncé par Tim Hudak viendra des dollars fédéraux, puisque le gouvernement augmente le financement des soins de santé de 6 pour cent par année.  En fait, la hausse du financement fédéral accordé aux soins de santé compte pour environ la moitié du financement provincial total.  En réalité, le PC propose une hausse d’environ 1,6 pour cent du financement des soins de santé qui viendra des coffres de l’Ontario. En 2011, le gouvernement libéral de l’Ontario a augmenté le financement des soins de santé de 4,2 pour cent, ce qui était inférieur aux hausses précédentes et a mené à une réduction des services hospitaliers.  Le plan du PC ne fera donc que multiplier les problèmes.

« Dans les faits, le PC promet de réduire les soins de santé. Les conservateurs veulent seulement nous faire croire le contraire.  C’est le fantôme de Mike Harris qui revient les hanter. Les électeurs de l’Ontario doivent se méfier lorsque Tim Hudak parle de “trouver des économies” dans le système de santé; la dernière fois que nous avons entendu cela d’un leader conservateur, des douzaines d’hôpitaux ont fermé et des programmes et des services ont été éliminés. Nous ne voulons plus revivre cela », conclut Michael Hurley. 
  

Pour en savoir plus : 

Michael Hurley        
Président, CSHO-SCFP
 416-884-0770

Stella Yeadon
Communications du SCFP
 416-559-9300