Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le 6 avril, des centaines de personnes de tous les horizons se sont entassées dans une salle de Windsor pour faire entendre leurs voix en faveur d’une « nouvelle direction » pour leur communauté.

L’assemblée publique, organisée conjointement par le SCFP, le Conseil des Canadiens et le Conseil du travail régional de Windsor, invitait les citoyens locaux à concevoir une nouvelle direction pour bâtir et unir la communauté, plutôt que de la démolir et de la diviser.

« Au lieu de diviser la communauté de Windsor, nous devrions élaborer une nouvelle stratégie industrielle – une stratégie conçue par la ville, la province, les entreprises et les syndicats », a déclaré Paul Moist, président national du SCFP.

M. Moist était accompagné entre autres de Toby Sanger, économiste principal du SCFP, de Dino Chiodo, président du Conseil du travail régional de Windsor, et de Hilary Payne, directrice municipale retraitée de la Ville de Windsor – ainsi que de plusieurs personnes dont la vie a été touchée dernièrement par la sous-traitance ou la fermeture de services municipaux, comme les garderies et la collecte des ordures, et qui ont toutes dit être fières de leur communauté et du travail qu’elles font.

« Pour quelles raisons quelqu’un qui n’est pas un employé municipal jouerait-il un rôle d’ambassadeur de la ville? Pourquoi serait-il fier? », a demandé Lisa Sajatovich, qui a toujours habité Windsor et qui est agente provinciale des infractions depuis 24 ans. Récemment, le conseil municipal de Windsor a voté en faveur de l’émission d’un appel d’offres pour sa division – rentable – de l’application des règlements de stationnement.

« Tous et toutes, nous voulons que Windsor grandisse et prospère, a affirmé Paul Moist, et cela n’arrivera que si toute la ville se serre les coudes. »

Les résidants qui assistaient à l’assemblée ont été invités à communiquer avec leurs conseillers municipaux ou avec le service d’information 311 de la Ville pour dire qu’ils veulent que les services publics restent dans le secteur public.

Une deuxième assemblée publique est en cours de planification.