Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

L’entente de libre-échange Canada-Colombie, une autre bourde des conservateurs

Le Conseil exécutif national du SCFP a adopté une résolution d’opposition à l’entente de libre échange Canada-Colombie.

Paul Moist a décrit l’entente comme : « l’équivalent d’une condamnation à mort pour toute personne opposée aux politiques du gouvernement colombien actuel. »

Finalisée en secret en juin dernier, l’entente solidifie les liens avec le gouvernement du président Alvaro Uribe.

« Le fait que Stephen Harper veuille devenir un proche allié du gouvernement le plus répressif des Amériques en dit beaucoup sur sa vision des Affaires étrangères », a dit
M. Moist qui a représenté le SCFP lors d’une mission d’observation en Colombie en juillet dernier.


Négociations commerciales avec l’Union européenne : pas en secret

Comme le révélaient certains médias récemment, des dirigeants du Canada et de l’Union européenne ont élaboré un plan destiné à réaliser une intégration économique en profondeur et le SCFP dit qu’il est temps que le gouvernement fédéral nous dise de quoi il est question. 

Les négociations officielles devraient être lancées à l’occasion du Sommet Union européenne-Canada qui doit avoir lieu à Montréal le 17 octobre, soit 3 jours après l’élection fédérale.

 Le plan :

• permet aux entreprises européennes de soumissionner d’égal à égal pour des contrats de services publics.
• donne peu de marge au Canada pour influencer la réglementation en matière de normes du travail et d’étiquetage des produits.
• n’accordera pas aux Canadiens travaillant outre-mer le genre de protections sociales dont bénéficient les Européens.


Un nouveau livre du CCPA sur le bilan Harper

Juste à temps pour l’élection fédérale, le Centre canadien de politiques alternatives a publié hier, un livre intitulé The Harper Record (Le Bilan Harper).

L’éditrice en est la recherchiste du Congrès du travail du Canada, Teresa Healy.  The Harper record réunit des contributions de 47 analystes politiques et économistes et donne un compte rendu détaillé des lois, politiques et initiatives du gouvernement conservateur au cours des deux dernières années et demi.

Le CCPA publie une version électronique du livre afin d’aider les Canadiens à faire un choix informé sur l’avenir de leur pays.

On peut télécharger le livre en se rendant à l’adresse suivante : www.policyalternatives.ca


Les fermetures de bases à Air Canada ne sont pas une question de coûts

Les agents de bord d’Air Canada ont réalisé leur propre étude de viabilité des bases, une étude qui met sérieusement en doute les prétentions de la compagnie à l’effet qu’elle doit fermer ces bases d’agents de bord pour diminuer ses coûts.

« Nous avons fait nos devoirs et nous sommes en mesure de démontrer qu’il n’existe aucune raison d’affaires ni de justification économique à la fermeture des bases, à moins que le transporteur ait, pour ce faire, une autre raison qu’il refuse de partager avec nous ou avec le public. »

L’étude arrive à la conclusion qu’il en coûtera environ 2 millions de dollars de plus par année si les bases sont effectivement fermées.  Air Canada devra débourser plus pour l’hébergement et le transport des agents de bord qui devront travailler sur les vols.


Le président du SCFP-Nouvelle-Écosse réclame l’interdiction de l’eau embouteillée

Danny Cavanagh a demandé au gouvernement de Nouvelle-Écosse qu’il interdise l’eau en bouteille dans les écoles et les autres édifices publics.

« Si le gouvernement est réellement déterminé à diminuer notre empreinte environnementale, commençons par l’éducation de nos enfants et des autres en leur faisant comprendre que l’eau du robinet est aussi bonne, non meilleure, beaucoup moins chère et considérablement moins nuisible pour l’environnement. » 

« L’eau publique est soumise à de nombreux tests qui en assurent la sécurité, dit M. Cavanagh.  L’eau en bouteille quant à elle peut coûter jusqu’à 500 fois plus cher que l’eau du réseau public. »


En Alberta, un constructeur d’écoles en PPP est très endetté

La compagnie embauchée par le gouvernement albertain pour la construction et la gestion de 18 écoles a fait l’objet de critiques de la part de groupes d’investisseurs parce qu’elle est trop endettée.

Selon le Financial Times, Brown & Babcock a récemment licencié le quart de son personnel après avoir essuyé des pertes d’investissements de milliards de dollars.  Les analystes du Times se disent préoccupés par le surendettement de ses filiales.

Bloomberg news rapporte que Brown & Babcock est le troisième pire investisseur de l’indice boursier MCSI.  Seuls Fanny Mae et Freddy Mac affichent des performances plus basses.

Le président du SCFP-Alberta, D’Arcy Lanovaz, affirme que la dette de Brown & Babcock met en lumière les problèmes qui peuvent surgir lorsqu’on loue des écoles au secteur privé plutôt que de procéder par la méthode traditionnelle de financement.


Le SCFP met l’Université de Colombie-Britannique au défi de devenir un meilleur employeur

Les sections locales SCFP de l’Université de Colombie-Britannique ont lancé certains défis à l’université après que Georgia Straight l’ait identifiée comme étant l’un des meilleurs employeurs de la région.

« Le SCFP représente des centaines de travailleurs de l’université et nous aimerions avoir l’occasion de travailler avec notre employeur à l’amélioration de la qualité de la vie au travail, du moral des membres du personnel et des relations de travail », a déclaré Colleen Garbe, présidente de la section locale 116 du SCFP.

Voici quelques suggestions des sections locales SCFP à l’Université de Colombie-Britannique :

• Entretenir les édifices
• Travailler aux enjeux de santé et sécurité
• Régler les griefs en suspens
• Retenir les travailleurs compétents et expérimentés et en attirer de nouveaux


Québecor veut toujours obtenir une injonction contre le journal des grévistes

Sa dernière édition a été publiée le 11 septembre, mais Québecor cherchait toujours à obtenir une injonction contre le MédiaMatinQuébec, le journal publié par les membres du SCFP à l’emploi du Journal de Québec.

Québecor a perdu.

Pendant ce temps, la compagnie a demandé au Conseil des relations de travail du Québec de rejeter les plaintes déposées par le syndicat pour recours à des briseurs de grève. Québecor fait valoir que comme la grève est terminée, cette cause n’est qu’académique.

L’audition de la cause des briseurs de grève de Québecor doit se poursuivre le 29 septembre.


Inscrivez-vous à la Conférence sur les négociations pour l’égalité des femmes

Des membres du SCFP de partout au pays seront réunis à Montréal au Québec du 10 au 13 février 2009 pour la Conférence nationale sur les négociations pour l’égalité des femmes.

Il s’agit d’une occasion de décider d’un ordre du jour national de négociation visant à faire avancer des dossiers comme l’augmentation du salaire des femmes, l’obtention et l’amélioration des régimes de retraite pour les femmes, l’amélioration de l’équilibre travail famille, la négociation d’emplois stables et la protection contre la violence en milieu de travail.

Inscrivez-vous en ligne avant le 11 janvier 2009 à :  www.scfp.ca/forms/wbc.php


La page du plaisir électoral du SCFP

Peut-être n’aurez-vous pas autant de plaisir que Dana Larsen, mais rendez-vous tout de même sur la page électorale du SCFP où vous trouverez concours, jeux questionnaires et notre « pool » électoral 2008.

Gagnez des prix et le droit de vous vanter de vos connaissances électorales et de vos talents de voyant en vous rendant sur : www.scfp.ca/election   

:te/sepb 491