Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

OTTAWA – Selon le plus important syndicat au pays, un sondage de la Fédération canadienne des municipalités confirme que le gouvernement fédéral fait faux bond aux municipalités et ignore les besoins des Canadiens.

« Les Canadiens sont catégoriques: ils veulent que le gouvernement consacre leur argent au mieux-être des municipalités et non aux baisses d’impôts », affirme Claude Généreux, secrétaire-trésorier national du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).
« Pourtant, le gouvernement fédéral ne soutient pas suffisamment les municipalités et encourage plutôt la privatisation par l’entremise des partenariats public-privé. C’est insensé. »

Selon Claude Généreux, le programme d’infrastructures Chantiers Canada du gouvernement conservateur ne comble pas le fossé creusé par le financement fédéral inadéquat.

« Ce programme augmente insuffisamment les transferts fédéraux vers les municipalités et, après 2009, ne suivra même plus le taux d’inflation. De plus, il encourage les partenariats public-privé, qui coûteront plus cher aux municipalités tout en leur offrant moins de services », a expliqué Claude Généreux.

Selon le sondage, la majorité des Canadiens croient que le gouvernement a commis une erreur en réduisant la TPS. Les citoyens préféreraient que les excédents budgétaires fédéraux servent à améliorer les infrastructures et les services qui contribuent à la prospérité des municipalités. Près des deux tiers des répondants affirment que le gouvernement fédéral devrait augmenter la TPS et investir les fonds directement dans les infrastructures municipales.

Les résultats du sondage appuient les recommandations du SCFP quant au déséquilibre fiscal municipal. Depuis le milieu des années 90, les gouvernements fédéral et provinciaux ont sévèrement réduit les transferts aux municipalités. Les recherches économiques du SCFP démontrent que ces coupures ont créé un manque à gagner de 7 milliards de dollars en 2006, soit le même montant que permet d’amasser un seul point de pourcentage de la TPS.

« L’investissement dans les infrastructures est bon pour les municipalités et pour l’économie », a déclaré Claude Généreux, citant une nouvelle étude de Statistique Canada qui confirme que chaque dollar investi dans les infrastructures publiques engendre des économies annuelles d’environ 17 cents pour le secteur privé.

Des infrastructures et des services adéquats ont un effet d’entraînement essentiel dans les municipalités. « Les services publics permettent de combattre la pauvreté et de bâtir des municipalités plus équilibrées et plus unies, a ajouté Claude Généreux. Le sondage d’aujourd’hui démontre que les Canadiens veulent plus de logements à prix abordable, ce qui confirme que nous avons encore beaucoup à faire pour éliminer la pauvreté. »

« Les membres du SCFP sont aux premières lignes des services publics municipaux. Ils connaissent bien la réalité qu’engendre la diminution du financement et des services. Nous nous joignons aux leaders municipaux pour demander aux autres paliers de gouvernement d’investir à long terme dans le mieux-être de nos municipalités », a conclu Claude Généreux.

-30-

Le SCFP est le plus important syndicat du Canada et représente 570 000 travailleurs, dont 150 000 qui assurent les services publics dans les municipalités du pays.

Renseignements: Claude Généreux, secrétaire-trésorier national du SCFP, 514-884-5074 (cell); Sébastien Goulet, communications du SCFP, 613-808-0675 (cell); Toby Sanger, économiste principal du SCFP, 613-720-6955 (cell)