Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Consœurs et confrères,

C’est le cœur rempli de fierté que nous vous écrivons, quelques jours à peine après notre 23e congrès statutaire, tenu dans la belle ville de Toronto.

Nous sommes fiers des débats vigoureux menés par les délégués et du programme progressiste qu’ils et elles ont adopté. Pendant que les événements sont encore frais dans notre mémoire, nous vous proposons un très bref résumé des moments les plus mémorables du congrès :
 

  1. Ce congrès a été l’un des plus importants de l’histoire de notre syndicat. En effet, 2 031 délégués y étaient inscrits, dont 40 % assistaient à leur tout premier congrès. Notre syndicat vit un renouveau avec de une nouvelle cuvée de membres qui sont prêts à adhérer à un groupe déjà solide de leaders et de militants. L’avenir du SCFP est entre bonnes mains. En ce qui a trait à la répartition hommes-femmes, 52 % des délégués étaient des consœurs. 
  2. Le cœur de notre énoncé de politique sur l’orientation stratégique 2007 – 2009 est un engagement de plusieurs millions de dollars à lutter contre la privatisation sous toutes ses formes, où qu’elle se manifeste au pays. La privatisation est notre plus grand ennemi et nous devons constamment lutter pour protéger les emplois et les services du secteur public. C’est ce message que nous avait transmis notre premier président, le confrère Stan Little, à la conclusion de notre congrès de 1963. Et c’est ce même message qui ressort de notre 23e congrès. Nous sommes immensément fiers que les délégués aient décidé, collectivement, d’appuyer notre engagement renouvelé à non seulement protéger les emplois, mais aussi à améliorer les services publics dans nos collectivités.

    L’énoncé de politique sur l’orientation stratégique 2007 – 2009 engage le SCFP à faire ce qu’il faudra pour hausser les salaires et améliorer les régimes de retraite de nos membres les moins bien payés.

    Il accorde aussi une priorité élevée à l’environnement et aux menaces que pose le réchauffement climatique. 

  3. Buffy Saint-Marie, vedette du disque et militante originaire de la Saskatchewan, était notre conférencière invitée. Elle a été l’une des conférencières des plus inspirantes que nous ayons jamais eus à un congrès national.

    « Lorsqu’une personne possède un milliard et qu’un milliard de personnes ne possèdent rien… quelque chose ne va pas », a-t-elle affirmé et ses mots ont touché profondément tous les délégués dans la salle. Nous lui demanderons la permission de produire une vidéo de son discours pour la diffuser dans l’ensemble du syndicat. 

  4. Une immense majorité des délégués ont approuvé les recommandations du Groupe de travail national sur la participation des femmes portant sur un code de conduite destiné à toutes les activités du SCFP, un programme de mentorat, une conférence nationale des femmes sur les négociations et des ressources accrues pour la promotion de l’égalité.

    Les élections au Conseil exécutif national ont permis de doubler le nombre de consœurs siégeant à cette instance : de trois, elles sont passées à six (sur 23). Il reste du pain sur la planche, mais le Groupe a jeté les bases d’un cadre de travail efficace pour éliminer les barrières à la pleine participation des femmes à notre syndicat.

    Nous sommes profondément reconnaissants envers les membres du Groupe de travail national sur la participation des femmes pour tout ce qu’elles ont fait depuis deux ans. Du fond du cœur, merci consœurs.

  5. Sur les enjeux internationaux, la très grande majorité des délégués ont approuvé des résolutions dénonçant la répression en Birmanie (aussi appelée Union du Myanmar) des droits fondamentaux et du désir du peuple birman de tenir des élections libres au sein d’une démocratie. 

    Le congrès a aussi adopté une résolution d’opposition au rôle militaire du Canada en Afghanistan.

     

  6. Faisant preuve de solidarité et de soutien, les délégués ont donné plus de 163 000 $ aux membres en lock-out et en grève immédiatement avant et pendant le congrès : 

    Section locale 15…..Ville de Vancouver (81 jours)
    Section locale 1004…Ville de Vancouver (88 jours)
    Section locale 391…Bibliothèque publique de Vancouver (88 jours)
    Section locale 1450…Quebecor Media (6 mois, en cours)
    Section locale 1872…Quebecor Media (6 mois, en cours)
    Section locale 2808…Quebecor Media (6 mois, en cours)

    (Remarque : Les dons doivent arriver d’ici le vendredi 30 novembre 2007. Les chèques doivent être libellés à l’ordre du SCFP national, qui appariera ensuite le montant total recueilli et distribuera l’argent aux sections locales. Chaque dollar ira aux membres en grève et en lock-out.)

     

  7. Les délégués du SCFP ont souligné la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté en organisant une marche animée dans les rues de Toronto. Nos membres se sont levés en même temps que 38 millions d’autres personnes dans 110 pays, dans le cadre d’une manifestation silencieuse intitulée « Debout et manifestez pour abolir la pauvreté » organisée par Oxfam et « Abolissons la pauvreté ». L’événement a fracassé un record mondial Guinness. 

    Les délégués ont défilé jusqu’au Holiday Inn sur la rue King pour appuyer les membres de la section locale 75 de UNITE-HERE. À la veille du congrès, nous avons annulé nos réservations à cet hôtel, conformément à notre politique nous interdisant de faire affaire avec des entreprises antisyndicales.

    Nous avons aussi participé au « Pique-nique du secteur des régimes de retraite » le 18 octobre, organisé par la section locale 1750 (employés de la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail de l’Ontario) qui cherche depuis longtemps à obtenir un régime de retraite à fiducie mixte.

     

  8. Les délégués ont modifié l’article 14.1 (v) des statuts nationaux dans le but d’accroître l’utilisation de la Caisse de participation aux congrès nationaux pour aider les petites sections locales à assister aux conférences nationales et aux congrès nationaux. Désormais, notre syndicat national pourra aider les petites sections locales à participer à un grand nombre d’activités du SCFP national.

    Les délégués ont aussi approuvé un cadre de politique sur l’énergie pour le SCFP et ont appuyé une résolution contre la convergence des médias au Canada.

     

  9. Dix forums de secteurs, tenus la veille de l’ouverture du congrès, ont attiré de nombreux délégués, qui ont discuté des résolutions et priorités pour le militantisme dans leur secteur au cours des deux prochaines années.

     

  10. À plusieurs reprises, les délégués ont dénoncé le gouvernement Harper, notamment pour l’annulation de l’engagement du Canada envers le protocole de Kyoto, de l’accord de Kelowna et des ententes de financement pour un système de garde à l’enfance pancanadien, universel et sans but lucratif. Les délégués ont aussi parlé des effets dévastateurs des compressions imposées aux programmes d’alphabétisation et aux groupes de femmes, des compressions qui étaient inutiles compte tenu du surplus fédéral de 14 milliards de dollars réalisé au cours des deux dernières années.

    À l’étranger comme au pays, les conservateurs de Stephen Harper s’éloignent des valeurs chères à la moyenne des Canadiens. Aux prochaines élections fédérales, le SCFP fera la promotion des services publics et s’efforcera de faire battre Stephen Harper.

Caisse nationale de grève

Les délégués ont réaffirmé la décision prise au congrès de 2001 de créer une caisse de grève distincte, qui ne doit servir qu’aux indemnités de grève, aux campagnes pour éviter la grève et aux frais d’arbitrages de différends. En effet, ils ont rejeté une résolution proposant d’utiliser la caisse pour des campagnes politiques contre les attaques lancées par des gouvernements régressifs.

Cette décision, bien qu’approuvée par une majorité des délégués, a déplu à certains délégués de l’Ontario, qui ont quitté la salle à deux reprises au cours des deux derniers jours du congrès.

Comme dirigeants nationaux, nous acceptons sans réserve les décisions prises par notre parlement, c’est-à-dire notre congrès national. Cela dit, nous nous rendons compte que cet enjeu exige notre attention et notre leadership. Dans les faits, nous accordons des ressources à toutes les grèves et nous ripostons à toutes les attaques lancées par des gouvernements régressifs contre nos membres. C’est ce que notre syndicat a toujours fait et nous en sommes fiers.

Les deux points qui suivent aident à bien comprendre notre expérience :

La Caisse de grève du SCFP ne fait aucune distinction entre les grèves légales et illégales (selon les définitions des gouvernements et des conseils du travail). Par exemple, en 2005, nous avons consacré environ 4 millions de dollars en indemnités de grève pour les travailleurs des conseils scolaires de la C.-B. qui ont respecté les piquets de grève des enseignants, au moment de la grève illégale menée par ce groupe à l’échelle de la province.

En Ontario, la loi interdit aux travailleurs de la santé de faire la grève. L’interdiction vise aussi le Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO), qui défend depuis longtemps l’assurance-maladie publique et les emplois de nos membres. Depuis la création de la Caisse de grève, en 2001, les membres du CSHO ont reçu 1,68 million de dollars des trois caisses nationales pour riposter aux attaques lancées par des gouvernements régressifs. Nous avons appuyé avec fierté ces campagnes et nous continuerons à le faire.

Un dernier mot

Nous avons passé à Toronto une semaine extraordinaire que nous n’oublierons jamais. Nous remercions les sections locales qui ont envoyé des délégués. Et nous remercions les délégués pour leurs débats passionnés et leur solidarité.

Nous tenons aussi à remercier les militants et les membres du personnel responsables des forums – intéressants et divertissants tout à la fois – organisés pendant le congrès. Et un merci tout spécial à tous ceux et celles qui ont participé au chœur et au groupe de tambours et qui nous ont présenté leur spectacle vendredi avant-midi …ils ont donné une performance incroyable!

Nous remercions les centaines de membres de notre personnel qui ont permis à notre congrès de se dérouler efficacement et sans anicroche. Et nous avons une pensée particulière pour celles et ceux qui sont tombés malades ou qui ont perdu des êtres chers pendant le congrès.

Enfin, nous sommes tous deux honorés par la confiance que vous nous avez témoignée en nous réélisant comme dirigeants nationaux. Nous travaillons vraiment pour le meilleur syndicat au Canada et nous nous engageons à tout faire pour répondre à vos attentes et pour promouvoir l’unité et la solidarité dans nos rangs afin de pouvoir continuer à représenter efficacement nos 560 000 membres.

Merci d’avoir rendu cette semaine si mémorable.

Nous vous prions de recevoir, consœurs et confrères, nos salutations solidaires.

Le président national,
PAUL MOIST

Le secrétaire-trésorier national,
CLAUDE GÉNÉREUX