Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Dans six provinces et territoires, le temps des élections municipales est arrivé. C’est pourquoi les membres du SCFP s’activent afin de faire élire des sympathisants du secteur public dans les administrations municipales et les conseils scolaires.

Au Manitoba, le SCFP affronte un maire titulaire qui préconise des PPP partout.

Bien que réélu, le maire Sam Katz et sa politique de PPP ne font heureusement plus l’unanimité. La veille des élections, dans un article du Winnipeg Free Press, le Centre canadien de politiques alternatives affirmait qu’en bradant ses actifs la ville courrait à sa perte.

Selon les auteurs, qui évoquent des échecs récents dans la région, les privatisations augmentent les coûts et diminuent la qualité des services. L’article, écrit en collaboration avec Dennis Lewycky du service de communication et de recherche du SCFP, est disponible ici. (En anglais seulement.)

Dans un éditorial du Winnipeg Free Press, John Loxley, professeur d’économie à l’Université du Manitoba, recourt à de solides arguments financiers contre la privatisation des eaux et d’autres services publics. M. Loxley, qui a déjà travaillé à l’analyse de projets de PPP avec le SCFP, prépare actuellement un livre sur les aspects économique et financier des PPP.