DERNIÈRE HEURE:  Le gouvernement a appuyé la proposition du NPD modifiant la composition du futur comité spécial sur la réforme électorale.
  

Aujourd’hui, le NPD a déposé une motion proposant une structure plus démocratique pour le comité parlementaire spécial qui se penchera sur la réforme électorale. Cette motion demande aussi au gouvernement libéral à mettre ce comité sur pied d’ici 10 jours, et ce, après huit mois d’immobilisme.

La motion de l’opposition propose une répartition des sièges du comité correspondant approximativement au pourcentage des votes obtenu par chaque parti aux élections de 2015. Voici la répartition des sièges proposée :

 

Votes obtenus en 2015

Modèle libéral

Modèle néo-démocrate

Libéraux

39 %

6

5

Conservateurs

32 %

3

3

Néo-démocrates

19 %

1

2

Verts

-

0

1

Bloquistes

-

0

1

Pour permettre à tous les partis représentés à la Chambre des communes d’avoir voix au chapitre dans ce comité spécial, le Bloc québécois et le Parti vert auraient chacun droit à un siège.

Nous espérons que l’ensemble des députés comprendront l’intérêt de cette motion et qu’ils l’appuieront. Le modèle néo-démocrate est beaucoup plus démocratique que la proposition libérale qui livre le comité au contrôle du Parti libéral.

La refonte du système électoral, y compris de la manière dont nous élisons nos députés, compte parmi les décisions les plus fondamentales que nous puissions prendre dans une démocratie. C’est pourquoi toute recommandation en vue d’une refonte doit obtenir le soutien réel du plus grand nombre de parlementaires possible. Aucun parti ne doit pouvoir imposer à lui seul des modifications à notre système électoral. Le comité chargé de recommander des changements fondamentaux à notre système électoral ne peut pas et ne doit pas être contrôlé par le gouvernement du jour.