Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Ce mercredi, la Coalition syndicale pour la libre négociation tient un Grand Dérangement de 24 heures aux quatre coins du Québec. Depuis minuit et une, et jusqu’à 23 h 59 ce soir, 25 syndicats locaux sont en grève. Ils tiennent des manifestations ciblant principalement les hôtels de ville et les édifices municipaux. Les membres de la Coalition participent en grand nombre à ces manifestations ainsi qu’à différentes actions de visibilité. 

Cette journée d’actions dénonce l’adoption imminente du projet de loi 3 sur les régimes de retraite du monde municipal. Elle met la population en garde contre uneGrande Cassure créée par le gouvernement Couillard dans les villes et municipalités du Québec. En nivelant arbitrairement vers le bas les conditions de travail des employés municipaux, le gouvernement empoisonnera durablement les relations de travail. Aussi, le projet de loi 3 marquera une cassure entre Québec et les villes. En effet, il constitue la première étape d’un vaste plan de compressions dans le monde municipal, imposées au nom de l’austérité. 

«Tout au long de l’année 2014, nous avons tout fait pour trouver un compromis avec le gouvernement Couillard. Ce fut peine perdue. La semaine prochaine, en toute probabilité, il va adopter le projet de loi 3 sous le bâillon. Il déchirera ainsi les ententes signées avec les employés municipaux. La fausse urgence invoquée, c’est pour précéder la sortie des évaluations actuarielles de 2013, qui vont démontrer une nette embellie», a expliqué Marc Ranger, porte-parole de la Coalition. 

«Nous avons pourtant fait la preuve que la grande majorité des régimes de retraite sont en bonne santé et que nous étions prêts à régler toute difficulté par la négociation. Mais le fond de l’histoire, c’est que les libéraux veulent piger dans les poches des employés municipaux pour appliquer leur plan insensé d’austérité. C’est pourquoi aujourd’hui, par leurs manifestations, les employés municipaux expriment leur ras-le-bol à un gouvernement et à certains élus municipaux. C’est un ras-le-bol face à ces gens qui les méprisent et qui tentent de camoufler sous le tapis les scandales liés à la corruption et la collusion par leurs attaques sans précédent contre des conditions de travail légitimement négociées», a expliqué Marc Ranger, porte-parole de la Coalition. 

La Coalition regroupe plus de 65,000 cols blancs, cols bleus, pompiers, policiers, professionnels et employés de sociétés de transport. Elle représente la quasi-totalité des employés municipaux syndiqués du Québec. Ses revendications sont expliquées sur le site librenego.com 

Elle est composée du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Québec) et de son Conseil provincial du secteur municipal de même que de son Secteur du transport terrestre, de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), de la Fédération indépendante des syndicats autonomes (FISA), de la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec, de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, de l’Association des pompiers de Montréal, du Regroupement des associations de pompiers du Québec ainsi que du Syndicat des pompiers et pompières du Québec – FTQ.