1973 – 1982

Le SCFP a toujours compris qu’en luttant pour les droits de ses membres, il lutte pour tous les travailleurs. 

Le monde a pris un virage radical dans les années 70.  Et pas seulement en matière de mode.

Des décennies de plein-emploi et de pouvoir croissant pour les travailleurs ont pris fin brutalement.

Grace Hartman, élue présidente nationale du SCFP en 1973, a écrit une page d’histoire en tant que première femme à la direction d’un syndicat nord-américain.  Aux côtés de Mme Hartman se trouvait son successeur au poste de secrétaire-trésorier, Kealy Cummings.

En Colombie-Britannique, au foyer de soins infirmiers de Sandringham, des femmes courageuses ont fait la grève pendant trois ans avant d’obtenir le droit d’adhérer au SCFP en 1973.

En 1974, le SCFP a recruté 14 000 travailleurs du gouvernement du Manitoba et syndiqué sa première station de télévision francophone privée – CFTM, à Montréal. 

Le SCFP a continué à négocier l’élimination des conventions collectives discriminatoires et à défendre des femmes comme Yvonne Henry, une travailleuse d’hôpital de Toronto qui, en 1974, avait été congédiée après avoir demandé un changement de quart pour aller chercher sa fille.  La lutte pour l’égalité hommes-femmes impliquait désormais la lutte pour de meilleurs services de garde.

Le SCFP a souligné l’Année internationale des femmes en 1975 en élaborant un important programme contre la discrimination sexuelle non seulement au travail, mais aussi dans ses propres rangs.

En 1975, 1 100 employés de la Commission des accidents du travail de l’Ontario ont enfin remporté une lutte de 12 ans pour pouvoir devenir membres du SCFP.

L’inflation grimpait en flèche et le premier ministre libéral Pierre Trudeau avait mis en œuvre des mesures générales de contrôle des salaires. Le SCFP a mobilisé ses membres partout au pays dans le cadre de la plus importante campagne de sa courte histoire.  En 1976,  100 000 membres du SCFP ont participé, avec un million d’autres Canadiens, à une grève générale d’une journée.

Le gouvernement fédéral avait perdu. Il a annulé le contrôle des salaires en 1978.

Dans la foulée de la grève, les travailleurs d’hôpitaux du SCFP ont créé le Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario.

En 1981, 14 000 travailleurs d’hôpitaux de tout l’Ontario ont participé à une grève illégale. L’emprisonnement de chefs syndicaux canadiens a provoqué une vague d’indignation partout au Canada et suscité une attention internationale.

Aussi en 1981 – l’Année internationale des personnes handicapées – le SCFP a entrepris d’élargir les possibilités et d’éliminer le plus de barrières possibles au travail.

À Digby, en Nouvelle-Écosse, des chauffeurs d’autobus ont fait la grève pendant trois ans et demi pour obtenir la parité salariale.