Alors que le lock-out des employés de Wood Buffalo Housing (WBH) vient de franchir le cap des deux mois, les négociations entre le SCFP 1505 à Fort McMurray en Alberta et la société de logement progressent lentement.

Plus tôt aujourd’hui, WBH a publié un communiqué exposant son point de vue quant à l’avancement des négociations. Un communiqué qui n’a pas impressionné la présidente du SCFP 1505, Judy Collier. « Les renseignements qu’ils ont fournis ne sont même pas exacts, a déploré Mme Collier. Par exemple, trois membres ont été transférés à la convention collective de la Rotary House, pas deux. »

Le syndicat a rencontré l’employeur le 5 juillet dans l’espoir de soumettre une proposition. Toutefois, après que l’employeur eut clarifié les renseignements qu’il avait fournis par courriel le 27 juin, le syndicat n’a pas jugé pertinent de présenter la proposition prévue. « L’employeur n’est pas disposé à négocier quoi que ce soit qui ne correspond pas au modèle qu’il envisage, qui prévoit l’élimination de certains postes et le remplacement de nos membres par des sous-traitants », explique Mme Collier.

Cette dernière rappelle que le SCFP demeure résolu à se battre pour les employés qui sont enracinés dans la région plutôt que de les remplacer par des « sous-traitants mal rémunérés ».

« Le syndicat est déterminé à accroître ses moyens de pression, ajoute Mme Collier. La campagne publicitaire du syndicat est diffusée dans les cinémas depuis vendredi, et le SCFP entend accroître la pression sur les membres du conseil d’administration de WBH.

« Les membres du conseil d’administration de WBH ont été trop discrets jusqu’ici, souligne Mme Collier. Ils devraient prendre position et mettre fin à cet affront fait à leurs employés. Nous n’allons pas les laisser se cacher bien plus longtemps. »