Les employé(e)s de la Municipalité de Havre-Saint-Pierre, située dans la MRC de la Minganie, région Côte-Nord, ont voté pour un mandat permettant d’enclencher des moyens de pression pouvant aller jusqu’à la grève générale illimitée au moment jugé opportun.

Hier soir, réunis en assemblée générale, les 25 syndiqué(e)s cols bleus et blancs ont rejeté à l’unanimité l’offre finale de la partie patronale. Leur convention collective est échue depuis le 1er octobre 2020.

« Les négociations ont débuté en janvier 2022 et après 14 rencontres, force est de constater que l’employeur n’a rien de mieux à nous offrir que des reculs sur les conditions de travail, ce qui est inacceptable », a déclaré Charlaine Sirois, conseillère syndicale du SCFP.

Les principaux points en litige sont les augmentations salariales et le REER collectif.

« En réalité, ce que la Municipalité nous demande, c’est d’accepter de s’appauvrir davantage dans un contexte économique déjà extrêmement difficile, particulièrement chez nous en Minganie », a rajouté Jonathan Richard, président syndical.

Une rencontre entre les parties s’est tenue aujourd’hui. Le syndicat a cru, jusqu’à la dernière minute, qu’une entente négociée était possible. Cependant, devant l’attitude de fermeture adoptée par la Municipalité, la partie syndicale n’a pas eu d’autre choix que de demander une médiation auprès du ministère du Travail.