Stop PTPUne tournée pancanadienne est en cours pour expliquer les dangers du Partenariat transpacifique (PTP) et souligner l’empressement des libéraux fédéraux à le faire adopter malgré tout.

Justin Trudeau a laissé entendre que le gouvernement fédéral s’est déjà fait une idée à propos de cet accord aux implications majeures. Pourtant, les résultats des consultations gouvernementales ne sont pas encore connus et le débat parlementaire promis en campagne électorale pas encore tenu.

Pour dénoncer la situation, le mouvement syndical et ses alliés entreprennent donc une tournée de cinq villes canadiennes le 2 novembre à Windsor. La tournée s’arrêtera ensuite à Toronto, Halifax, Vancouver et Winnipeg plus tard en novembre.

Lors des assemblées publiques organisées par le Congrès du travail du Canada, on expliquera que le PTP fera grimper les coûts des soins de santé, qu’il accordera aux entreprises étrangères le pouvoir de contester les lois et les réglementations canadiennes, qu’un minimum de 58 000 emplois seront perdus, que les secteurs manufacturier, de l’agriculture et des technologies seront perdants et que l’exode des entreprises canadiennes vers des pays où la main-d’œuvre est moins chère et les lois du travail moins strictes sera favorisé.

Dans le mémoire qu’il a présenté au comité de la Chambre des communes qui examine le PTP, le SCFP demande au gouvernement de ne pas ratifier le traité. Les échanges commerciaux du Canada avec les autres pays signataires du PTP sont déjà exempts de droits de douane à 97 pour cent. Ce traité ne porte pas sur nos exportations. Il vise plutôt à récrire les règles au profit des entreprises privées.

Alors que le PTP est remis en question aux États-Unis, ce n’est pas le temps pour le Canada de s’engagé à soutenir ce traité commercial. Le gouvernement devrait plutôt profiter de l’occasion pour être à l’écoute des préoccupations des chercheurs indépendants et des citoyens.

Le Canada et l’Union européenne ont beau avoir fait un spectacle de la signature d’un autre accord commercial de l’ère Harper, l’Accord économique et commercial global (AÉCG), les manifestations massives contre le mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États que contient l’AÉCG pourraient bien faire dérailler sa ratification.

La mobilisation donne des résultats. Il n’est pas trop tard pour empêcher la ratification du PTP comme de l’AÉCG.