EDMONTON – Le syndicat qui représente 30 employés du comté de Westlock réagit aux commentaires formulés par Reeve Bud Massey dans son dernier rapport devant le conseil municipal.

La conseillère du SCFP Lou Arab juge ce rapport « trompeur », celui-ci ne brossant pas « un portrait complet des tentatives faites par le comté pour pousser ses employés de longue date à claquer la porte ».

Mme Arab trouve aussi ce rapport décevant, parce qu’il survient au moment où les administrateurs du comté démontrent une volonté d’améliorer leurs relations avec le personnel : « M. Massey n’a jamais mentionné l’ordonnance sur consentement qu’a signée le comté à la Commission des relations de travail, en guise d’assentiment et d’excuse pour la manière dont le dossier de cessation d’emploi a été traité. »

Mme Arab accuse aussi M. Massey de tromperie lorsqu’il déclare, dans son rapport, qu’il fait bon travailler pour le comté, en appuyant cette assertion sur le fait que 90 pour cent des syndiqués ont voté en faveur de la ratification de la convention collective.

« Les employés ont accepté une convention dont ils pouvaient s’accommoder, explique-t-elle, mais ils s’attendaient à ce que leur employeur respecte cette convention. Les récents litiges découlent du fait que le comté n’a pas respecté la convention qu’il a ratifiée à l’unanimité. »

« Le conseil devrait avoir honte de chercher encore la confrontation, alors que son DGA semble vouloir essayer d’apaiser les relations de travail, poursuit-elle. Nous avons eu une bonne rencontre avec Peter Kelly hier, et celui-ci s’est engagé à tenir une rencontre similaire une fois par mois, ainsi qu’à remettre une copie de l’ordonnance sur consentement à tous les employés. Or, Reeve et les conseillers semblent pousser dans la direction opposée. »

« Le conseil doit respecter ses engagements écrits, conclut-elle, autant notre convention que l’ordonnance qu’il a signée à la Commission. »

Pour en savoir plus, contactez :
Lou Arab
 780-271-2722