Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

SCFPLes syndicats des services publics des Amériques se réunissent cette semaine pour s’attaquer à la série d’accords commerciaux qui favorise la privatisation des services publics. Le secrétaire-trésorier national du SCFP, Charles Fleury, est à la tête de la délégation de sept militants et employés du SCFP qui participe au Congrès régional interaméricain (IAMRECON) de l’Internationale des services publics (ISP), du 20 au 24 avril, à Mexico.

Notre délégation prend part aux discussions sur la menace que représentent le Partenariat transpacifique (PTP), le Partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement (PTCI), l’Accord sur le commerce des services (ACS) et l’Accord économique et commercial global (AÉCG).

IAMRECON 2015 Demonstration against TPP, TISA, TTIP, CETA« Pour ce qui est d’offrir les services publics, les membres du SCFP sont en première ligne. C’est pourquoi nous sonnons l’alarme face à la privatisation effectuée par la porte arrière. Qu’il s’agisse du PTP, du PTCI, de l’AÉCG ou de l’ACS, notre message est le même : nos services publics ne sont pas à vendre car ce ne sont pas des marchandises », a souligné Charles Fleury

« De plus en plus, l’Union européenne, les États-Unis et les pays d’Amérique latine tentent de négocier des accords commerciaux qui auront pour effet inévitable de détruire des emplois, d’accroître la privatisation des services publics et de réduire le pouvoir politique en matière de développement économique. Ces accords vont lier des gouvernements souverains et contourner les institutions juridiques locales et nationales. Ces accords vont favoriser les multinationales au détriment des institutions démocratiques », a expliqué la secrétaire générale de l’ISP, Rosa Pavanelli,

Dans une déclaration commune, les syndicats des services publics des Amériques, du Canada au Chili en passant par les États-Unis et l’Uruguay, ont décidé d’intensifier leurs efforts de mobilisation de la population et des groupes de la société civile. Ils ont aussi convenu de la nécessité d’accroître le lobbying auprès des institutions et des partis politiques des différents pays.