Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

BURNABY—Si la première ministre Christy Clark veut vraiment que les écoles publiques de la Colombie-Britannique ouvrent bientôt leurs portes, elle doit commencer à démontrer les qualités de leadership qu’elle disait posséder pendant la campagne électorale de l’an dernier, a déclaré aujourd’hui Mark Hancock, président du SCFP-C.-B.

« Aux dernières élections, la première ministre a bien joué son rôle de leader à la télévision, mais tout au long du conflit avec la Fédération des enseignantes et enseignants de la C.-B. (BCTF), nous avons pu voir la vraie Christy Clark en action, a affirmé M. Hancock.  Ses publicités électorales la montraient comme une leader qui pouvait prendre de difficiles décisions pour “accorder la priorité aux familles”.  À l’évidence, bien des gens y ont cru puisqu’elle a remporté les élections, mais elle échoue maintenant, et lamentablement, au vrai test de son leadership. La première ministre doit ordonner à son équipe de négociation de revenir à la table et d’y rester jusqu’à la conclusion d’une entente. »

« En réalité, toutes les familles de la C.-B., avec ou sans enfants, souffrent chaque jour de la fermeture des écoles.  Plus le conflit durera, moins nos enfants recevront l’instruction à laquelle ils ont droit, ce qui appauvrira toute la province. »

Mark Hancock a consacré le premier avant-midi de l’année scolaire à expliquer aux près de 1 000 membres de la section locale 728 du SCFP à Surrey les enjeux et la collaboration du SCFP avec la BCTF, la Fédération du travail de la C.-B. et d’autres affiliés pour faire pression sur le gouvernement libéral afin qu’il revienne à la table et négocie une convention collective équitable et raisonnable.

« Il est ironique que la personne qui a été à l’origine du problème il y a 12 ans en déchirant les conventions collectives soit désormais la seule qui puisse y remédier », a rappelé Mark Hancock.

M. Hancock a déploré que la première ministre tente de diviser le mouvement syndical en reprochant à la BCTF d’avoir refusé le « mandat » accepté par d’autres syndicats du secteur public.

« La stratégie “diviser pour régner” adoptée par la première ministre ne fonctionnera pas, a conclu M. Hancock.  Nous serons solidaires des enseignantes et enseignants dans leur lutte pour une convention équitable et raisonnable, tout comme ils nous ont appuyés dans nos luttes précédentes. »

Pour voir les photos de l’assemblée d’hier à Cloverdale, allez à la galerie du SCFP-C.-B. ou à notre page Facebook à www.facebook.com/CUPEBC.