Les pourparlers entre la Ville de Gatineau et ses 300 employé(e)s du secteur aquatique sont toujours dans une impasse. Les négociations, qui ont débuté en 2018 à l’échéance de la convention collective, achoppent en raison de différends sur le plan de la rémunération.

Il y a plus de huit mois déjà, une médiatrice a été nommée au dossier, et malgré cela, le blocage subsiste.

La Ville argumente avoir accordé seulement 2 pour cent à ses autres groupes de salarié(e)s. Mais, ces conventions ont été négociées en période de prépandémie où l’inflation n’atteignait pas les sommets que l’on connaît actuellement.

« Tout ce que nous demandons, c’est une légère hausse salariale pour l’année 2021, et ce, pour contrecarrer en partie l’impact de l’inflation », a déclaré Guy Gosselin, conseiller syndical du SCFP.

Si aucune entente n’est conclue cette semaine, les travailleurs et travailleuses du secteur aquatique tiendront une assemblée générale ce vendredi où un vote aura lieu sur des moyens de pression pouvant aller jusqu’à la grève générale illimitée.