Une déclaration de Marle Roberts, présidente du SCFP-Alberta

Le 24 février, le gouvernement Redford a annoncé des modifications à la réforme de son régime de retraite.

Le gouvernement et certains journalistes ont parlé d’annulation des coupes précédemment annoncées, mais si on lit bien les petits caractères, on constate que la position du gouvernement demeure pratiquement inchangée.

Le gouvernement Redford éviscère toujours notre régime de retraite; nous devons continuer à nous y opposer.

Voici un résumé des modifications telles qu’elles sont formulées actuellement :

  1. Retraite anticipée : Le gouvernement Redford propose maintenant de modifier les prestations de retraite pour rendre la retraite anticipée accessible uniquement aux travailleurs de 60 ans ou plus qui cumulent un total âge + années de service de 90.

    C’est un peu mieux que l’offre précédente du gouvernement, parce qu’elle permettra à un peu plus de gens de prendre une retraite anticipée, mais cela signifie encore qu’il faudra travailler plus longtemps pour toucher probablement des prestations réduites.

    Le gouvernement complique aussi la retraite anticipée avec pénalité. En ce moment, la personne qui prend sa retraite avant d’atteindre un total de 85 (âge + années de service) voit sa pension amputée de 3 % par année d’anticipation. Autrement dit, votre pension est réduite de 6 % si vous partez deux ans avant d’atteindre un total de 85. Selon la réforme Redford, cette pénalité passera à 5 % par année d’anticipation.
      
  2. Indexation : Les règles actuelles garantissent aux retraitées l’indexation de leurs prestations à hauteur de 60 % du taux d’inflation. Le gouvernement refuse de maintenir cette garantie en place. Il voit maintenant la hausse en fonction du coût de la vie comme une « cible » qui ne sera pas toujours atteinte. Les retraités verront donc la valeur de leurs prestations décroître rapidement à mesure qu’ils vieilliront.
      
  3. Plafonnement des cotisations : Le gouvernement Redford continue de pousser pour obtenir le plafonnement des cotisations au régime de retraite. Cette mesure pourrait nuire gravement à la santé du régime, surtout dans l’éventualité d’un autre effondrement boursier. Tant que cette exigence est sur la table, aucune prestation de retraite n’est à l’abri d’une réduction future.
      
  4. Régime à trois paliers : Le gouvernement propose un régime de retraite à trois paliers : un palier pour les prestations pré-2016, un second pour les prestations post-2016 et un troisième pour les pompiers, les ambulanciers et les agents correctionnels. Il est injuste que certains travailleurs aient droit à un meilleur régime de retraite que les autres. Nous servons tous la collectivité; nous cotisons tous à notre régime de retraite; notre régime devrait être régi par les mêmes règles. Avec cette mesure, le gouvernement Redford cherche à « diviser pour régner » sur la fonction publique.
      
  5. Administration conjointe : Le SCFP demande depuis longtemps à ce que les travailleurs aient le même poids décisionnel que les employeurs dans la gestion du fonds de retraite. L’Alberta accuse un grave retard sur les autres provinces en matière d’administration fiduciaire conjointe des régimes publics de retraite.

    Le gouvernement Redford offre maintenant cette administration conjointe; c’est une bonne chose. Par contre, il insiste pour appliquer les réformes ci-dessus avant de la mettre en œuvre et empêcher les fiduciaires de les modifier.

    Ainsi, les employés auront leur mot à dire sur la gestion de leurs retraites uniquement après qu’Alison Redford aura pris des mesures pour couper les vivres au régime et plonger ses prestataires dans la pauvreté.

    Si Alison Redford souhaite sérieusement l’administration conjointe, qu’elle l’instaure dès maintenant! Les employés et les employeurs pourront ensuite négocier les modifications au régime comme des partenaires égaux.


Les modifications annoncées cette semaine n’en sont pas. De plus, elles ne sont pas issues de pourparlers avec les employés et leurs représentants.

Néanmoins, l’annonce faite cette semaine révèle une chose : nous rendons le gouvernement Redford nerveux. Les députés conservateurs provinciaux n’aiment pas recevoir des appels et des courriels de fonctionnaires outrés. Ils cherchent donc à nous apaiser pour nous faire taire. Maintenons la pression!

Nous comptons sur votre présence à la manifestation de dimanche à la place Churchill; nous comptons sur vous pour maintenir la pression sur les députés conservateurs, afin de vous assurer, à vous et à vos collègues une retraite digne.