Charles Fleury | Le secrétaire-trésorier national du SCFP

« Pour relever dès maintenant le défi que représentent les attaques à l’endroit des travailleurs, la perte de revenus réels, l’absence de bons emplois et une économie stagnante, le SCFP doit poursuivre l’établissement d’un mouvement de résistance. »

Ces mots tirés du document d’orientation stratégique adopté au congrès national du SCFP d’octobre dernier sont au cœur du mandat de notre syndicat pour les deux prochaines années.

Le SCFP aidera ce mouvement de résistance à prendre de l’ampleur. Notre objectif est la création d’une économie canadienne qui permettra à chacun d’avoir un emploi garanti et de gagner correctement sa vie. Les travailleurs méritent de bons avantages sociaux, incluant un bon régime de retraite. Ils doivent aussi pouvoir compter sur un environnement sain et des services publics de qualité.

Le budget du SCFP pour 2014 favorisera l’atteinte de cet objectif. Nos membres doivent être des résistants. Une bonne partie du travail préliminaire a été fait, mais nous devons susciter un militantisme renouvelé et sensibiliser davantage nos membres au rôle joué par leur syndicat dans chaque milieu de travail.

Il faut agir dès maintenant. Et c’est pour cette raison que, tout en gérant de manière responsable les finances de notre syndicat, nous avons ajouté un nouveau poste budgétaire destiné au projet Ensemble pour un monde plus juste. Ce poste comprend notamment la contribution du SCFP au projet du même nom piloté par le CTC. En mettant nos ressources en commun pour lancer des initiatives comme la campagne nationale de publicité en cours, nous pouvons contrer plus efficacement l’image négative que nos adversaires tentent de donner au mouvement syndical.

Au sein du SCFP, nous devons mieux communiquer avec nos membres, par le biais de conversations individuelles dans leur milieu de travail. C’est la clé pour être en mesure de riposter aux attaques. Ce contact renforcé avec notre base nous permettra de consolider nos sections locales, mais aussi de contribuer puissamment à l’élection de gouvernements qui respectent les travailleurs et les services publics.

Nous devons axer nos efforts sur la participation et la mobilisation des membres. Dans moins de deux ans, nous aurons des élections fédérales. Deux ans, c’est le temps qu’il a fallu aux étudiants du Québec pour préparer la grève générale de 2012. Si nous voulons nous débarrasser de Stephen Harper, nous devons expliquer à nos membres comment les politiques du gouvernement conservateur affectent leur vie. Nous devons motiver nos membres à parler de ces conséquences négatives à la maison et lors de leurs activités sociales. Nous devons les convaincre de voter pour un gouvernement favorable aux travailleurs et aux services publics.Et nous devons le faire maintenant.

twitter.com/CUPENatSec