Le SCFP-N.-B. et l’Équipe de négociation centralisée du SCFP ont tenu une conférence de presse virtuelle aujourd’hui pour annoncer les résultats du vote de grève des travailleurs de la santé du SCFP 1252, le Conseil des syndicats hospitaliers du Nouveau-Brunswick (CSHNB).

« Plus de 7 279 membres de la section locale 1252 ont exercé leur droit de vote, et de ce nombre, 94 pour cent ont voté OUI », a déclaré Norma Robinson, présidente de la section locale 1252 - CSHNB. « La participation a été bonne. Parmi tous ceux qui se sont présentés pour voter, moins de 344 ont voté NON. Les membres sont clairs : ils veulent que le premier ministre répare notre système de santé, et cela commence à la table de négociation », a ajouté Mme Robinson.

Des votes de grève étaient prévus pour dix sections locales provinciales du SCFP, et huit sont maintenant terminé.

« Il ne restent que deux sections locales qui doivent encore voter. Jusqu’à présent, pour toutes les sections locales qui font partie de l’Équipe de négociation centralisée, et qui ont terminé leur vote, entre 83 pour cent and 98 pour cent des voix ont voté OUI, » a déclaré Stephen Drost, président du SCFP NB.

« Il est temps de réparer nos services publics et d’aider les gens qui les fournissent. Le meilleur point de départ, c’est avec des salaires équitables », a ajouté Mme Robinson.

Les votes des section locales 1190 (manœuvre et métiers) et 5026 (CCNB francophone) seront terminés et comptés le 5 octobre 2021 au plus tard.

« Nous voulons nous attaquer aux inégalités croissantes dans notre province. Les travailleurs, syndiqués ou non, méritent une donne équitable de la part de ce gouvernement », a expliqué M. Drost

L’Équipe de négociation centralisée du SCFP a pris l’occasion de dénoncer le gaspillage des fonds publics par le premier ministre Blaine Higgs dans la propagande antisyndicale, comme les publicités à la radio et les annonces dans les journaux partout dans la province. « Au lieu de s’attaquer à la crise, le premier ministre Higgs a l’audace d’envoyer l’argent des contribuables à des stations de radio américaines, comme Q96 à Presque Isle, dans le Maine, pour attaquer les travailleurs des services publics du Nouveau-Brunswick qui font partie du SCFP », a déclaré M. Drost. « Nous sommes tous tannés des promesses vides, de l’inaction face à l’augmentation du coût de la vie et du gaspillage de l’argent des contribuables dans la propagande antisyndicale », a ajouté M. Drost.

« Les travailleurs de première ligne ont enduré trop avec si peu de soutien. Il est grand temps que le gouvernement les prenne au sérieux. Des décennies d’augmentations salariales minimes ou nulles, ainsi qu’une crise majeure de recrutement et de rétention, sont des problèmes à régler à la table de négociation par des salaires équitables », a conclu M. Drost.