Les syndiqué(e)s de la Société québécoise du cannabis (SQDC), en grève depuis maintenant six mois, n’abandonnent pas. Ils et elles ont profité de la première journée de la session parlementaire de l’Assemblée nationale du Québec pour rappeler au gouvernement leurs revendications quant à leurs conditions de travail, lesquelles se comparent à celles du secteur du commerce au détail plutôt qu’à celles des sociétés d’État.

Les 300 employé(e)s, représenté(e)s par le SCFP, réclament des conditions de travail dignes d’une société d’État. Actuellement, ces personnes salariées gagnent, à l’embauche, seulement 17 $/h. Plus de 60 % d’entre elles sont surnuméraires et ne jouissent que de peu d’avantages sociaux, et ce, sans oublier leurs horaires instables et des revenus imprévisibles.

Des dirigeant(e)s du SCFP-Québec étaient présent(e)s à l’Assemblée nationale pour offrir leur appui aux grévistes et interpeller le gouvernement caquiste sur la situation injuste dans laquelle se trouvent ses membres.

« Depuis déjà trop longtemps, ces travailleurs et travailleuses sont dans la rue pour demander tout simplement un traitement respectueux et digne. Pour arriver à une entente, ils et elles vont devoir continuer à se tenir debout face à l’intransigeance de la société d’État », a déclaré Patrick Gloutney, président du SCFP-Québec.

« En raison de leur salaire famélique, ces employé(e)s vivent en permanence dans l’insécurité. La preuve, la majorité des postes sont à temps partiel et plusieurs doivent compter sur un deuxième emploi. M. Legault affirme vouloir être un employeur de choix, mais il n’est pas très convaincant avec le personnel de la
SQDC »,
a rajouté Frédéric Bisson, secrétaire général du SCFP-Québec.

Le président du Syndicat des employé(e)s de la SQDC (SCFP 5454), David Clément, a mis en relief les contradictions du premier ministre dans son discours inaugural.

« Je n’accepte pas que le Québec soit moins riche que ses voisins. Il n’y a aucune raison d’accepter ça. Ce qu’on veut, c’est un Québec qui gagne! », avait déclaré avec aplomb François Legault. « On aimerait que le gouvernement donne l’exemple et offre à ses employé(e)s un salaire et des conditions de travail qui leur permettent de vivre décemment », a conclu le président.

Les grévistes ont reçu un appui très apprécié des député(e)s Christine Labrie et Alexandre Leduc de Québec solidaire.

Rappelons que la SQDC est une entreprise rentable et en croissance qui a engrangé un bénéfice net de plus de 75 millions de dollars au dernier exercice.