En cette pandémie, les employés et les étudiants des établissements d’enseignement postsecondaire de l’Ontario ont besoin de plus que les offres de façade actuellement proposées par le gouvernement provincial, selon le président du comité de coordination des employés des universités de l’Ontario (OUWCC) du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

« Les universités de l’Ontario ne sont nullement à l’abri des profonds bouleversements causés par la COVID-19 », a déclaré David Simao, président du OUWCC, qui représente plus de 30 000 membres du SCFP qui travaillent dans le secteur des universités de l’Ontario.

« Pendant cette crise, tous les membres de la communauté universitaire ont besoin du soutien de leur gouvernement. Les étudiants ont besoin de savoir avec certitude qu’ils pourront poursuivre leurs études, et que les perturbations seront maintenues au strict minimum. Les employés d’université ont besoin savoir qu’ils recevront de l’aide pour traverser cette crise. Malheureusement, l’aide que nous avons constatée jusqu’ici en ce qui concerne l’enseignement postsecondaire n’était qu’une façade », a-t-il ajouté.

Plus tôt cette semaine, Ross Romano, ministre des Collèges et Universités, a annoncé un moratoire de six mois pour le paiement des intérêts sur les prêts étudiants et une subvention de 25 millions de dollars pour les 55 collèges, universités et établissements autochtones de l’Ontario pour répondre aux « besoins immédiats » (comme le soutien à la santé mentale et le nettoyage complet des établissements) en raison de la pandémie de la COVID-19.

« En temps normal, ce type d’annonce serait accueillie favorablement, comme une petite étape vers un objectif modeste. Dans le contexte actuel, cette annonce est malheureusement inadéquate », a déclaré Fred Hahn, président du SCFP-Ontario.

« Les gouvernements de tous les niveaux – mais surtout le gouvernement provincial - devraient envoyer un message clair de soutien aux employés et aux étudiants d’université afin de leur promettre qu’ils feront tout leur possible pour veiller à leur bien-être au cours de cette crise. Un tel message de la province, confirmant aux travailleurs qu’ils pourront garder leur emploi et continuer de recevoir leur salaire est le moins qu’ils puissent espérer. Ces mesures devraient répondre aux besoins de la communauté et des étudiants de savoir qu’ils obtiendront le soutien nécessaire pour réussir. Le message du ministre Romano ne répond pas à ces besoins. Il reste encore beaucoup à faire », a-t-il ajouté.

David Simao exhorte la province à prendre un certain nombre de mesures pour atténuer les répercussions de la COVID-19 sur l’enseignement postsecondaire, dont les suivantes :

Offrir des subventions d’appui aux étudiants non admissibles aux prestations de l’assurance-emploi ou aux nouvelles prestations canadiennes d’urgence;

  • Offrir un financement provisoire et d’autres soutiens aux chercheurs qui ne sont pas en mesure de poursuivre leurs travaux de laboratoire pendant la période d’arrêt;
  • Assurer une couverture médicale complète aux étudiants internationaux par l’intermédiaire du Régime d’assurance maladie de l’Ontario;
  • Offrir un soutien direct aux universités afin de garantir la continuité du paiement des salaires aux travailleurs touchés et pour compenser la perte de revenus causée par la diminution des inscriptions.

Ces mesures concrètes pourraient au moins commencer à atténuer certains des impacts que nous constatons dans les universités. Si le gouvernement prend ces mesures maintenant, la viabilité à long terme de l’enseignement postsecondaire sera assurée après la crise », a conclu David Simao.