cleaning a classroomLes chefs syndicaux qui représentent les concierges et les préposés à l’entretien du conseil scolaire du district de Hamilton-Wentworth (HWDSB) sonnent l’alarme et signalent la perte d’emplois liés au nettoyage en profondeur dans les écoles, qui aura pour effet de mettre les étudiants et les employés plus à risque d’attraper la COVID-19.

« Les mesures de nettoyage en profondeur sont essentielles pour empêcher la propagation de la COVID-19 dans les écoles. Nous avons encore besoin de ces services autant sinon plus cette année, étant donné que l’Ontario affronte sa quatrième vague de pandémie et qu’elle est confrontée à de nouvelles variantes préoccupantes », a déclaré Blake Corkill, président du SCFP 4153.

Depuis le début de la pandémie de la COVID-19, le HWDSB a reçu un financement provincial pour 22 postes supplémentaires consacrés au nettoyage. Les nettoyeurs supplémentaires ont été déployés dans les écoles primaires du conseil, où ils ont aidé les employés à effectuer des tâches de nettoyage en profondeur pendant les heures d’enseignement. Mais cet automne, il ne reste plus que la moitié du personnel pour fournir ces niveaux de service.

« Les personnes qui occupaient ces postes étaient responsables du nettoyage et de la désinfection des points de contact dans les aires communes comme les toilettes, les couloirs et les escaliers. Elles ont travaillé jusqu’à huit heures par jour dans les grandes écoles primaires, à nettoyer et désinfecter entre autres les poignées de porte, les interrupteurs d’éclairage, les rampes d’escalier, les toilettes, les robinets, et à refaire ces tâches plusieurs fois par jour. Ce travail a permis d’assurer la sécurité des élèves et de réduire considérablement les taux de transmission de la COVID-19 dans les écoles de la HWDSB l’année dernière », a déclaré Blake Corkill.

« Sans ces personnes pour occuper ces emplois cette année, nous ne savons pas comment nous pourrions arriver à effectuer ce travail de haute qualité et assurer la sécurité des écoles aussi efficacement que l’an dernier. »

En raison de ces compressions dans le nettoyage et la désinfection, chaque école perdra chaque jour jusqu’à 6,5 heures de nettoyage des points de contact. Le syndicat a proposé que des fonds supplémentaires soient fournis pour assurer au moins 4 heures de nettoyage des points de contact par jour, mais le HWDSB a refusé cette demande.

«Les membres de la section locale 4153 du SCFP se préoccupent beaucoup de la sécurité dans les écoles, de nos élèves et de nos collègues », a déclaré Blake Corkill. « La demande de fournir au moins 4 heures de nettoyage des points de contact par jour dans chaque école primaire était fondée sur les conditions nécessaires pour fournir un environnement d’apprentissage et de travail plus sécuritaire pour toutes les personnes qui entrent dans des écoles primaires. L’absence de nettoyage et de désinfection appropriés des points de contact dans les écoles a pour effet de diminuer la protection de toutes les personnes qui entrent dans les écoles cette année, par rapport à l’année dernière. »

Il a conclu : « Le conseil scolaire organise des conférences de presse et publie des déclarations aux familles sur le retour en toute sécurité des élèves la semaine prochaine, mais il omet de dire que les élèves qui retourneront en classe dans les écoles primaires du conseil auront des niveaux de protection inférieurs à ceux qu’ils avaient l’an dernier. »