Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

unemployedHALIFAX – Les présidents du SCFP du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve-et-Labrador appuient les plans du NPD fédéral d’annuler les modifications injustes de Stephen Harper à l’assurance-emploi (AE).

Le président du SCFP du N.-B., Danny Légère, le président du SCFP de la N.-É., Danny Cavanagh, la présidente du SCFP de l’Î.-P.-É. Lori MacKay et le président du SCFP de T.N.L., Wayne Lucas, ont tous chaudement applaudi le plan du NPD en disant que les changements du gouvernement Harper étaient une attaque contre les Canadiennes et Canadiens sans emploi et les travailleurs saisonniers en particulier.

Le SCFP affirme que le plan néo-démocrate permettra de s’assurer que les Canadiennes et Canadiens qui paient des cotisations à l’AE seront en mesure d’obtenir ces prestations lorsqu’ils en auront besoin, et permettra de réparer les dommages causés dans le passé par les gouvernements conservateurs et libéraux.

Les présidents du SCFP disent que le plan du NPD appuiera les économies régionales et les travailleurs des secteurs d’industrie saisonniers en fournissant un maximum de cinq semaines de prestations supplémentaires dans les régions où le chômage est élevé, et les emplois difficiles à trouver. 

Le syndicat affirme qu’il fournira également des prestations d’assurance-emploi plus justes aux travailleurs saisonniers et aux autres personnes qui ont un horaire de travail irrégulier en calculant toutes les prestations de l’AE selon les meilleures 12 semaines de rémunération, tout en offrant une formation à un plus grand nombre de personnes pour les aider à améliorer leurs compétences et obtenir des emplois mieux rémunérés en annulant les compressions aux ententes sur le marché du travail.

Le SCFP applaudit également le plan du NPD de collaborer avec les syndicats et les employeurs afin d’établir une commission indépendante pour gérer l’AE et définir des taux stables et prévisibles.