CUPE members marching in Toronto« Le projet de loi qui a été déposé hier à Queen’s Park et qui violerait les droits des employés publics à la libre négociation collective montre que le gouvernement Ford poursuit ses agressions envers la population de l’Ontario », a déclaré le chef du SCFP-Ontario.

Fred Hahn a fait ce commentaire hier, après que le gouvernement ait déposé le projet de loi supposément sur la « modération des salaires » qui aura des répercussions sur le syndicat et les employés non syndiqués.

« Encore et encore, nous constatons que le gouvernement Ford poursuit ses attaques contre la population de l’Ontario. Nous l’avons constaté quand il a annulé l’augmentation prévue du salaire minimum et des prestations d’aide sociale. Nous l’avons constaté quand il a adopté un budget qui a entraîné des compressions dévastatrices dans les écoles, les universités, les soins de santé, les organismes des services sociaux, les bibliothèques et une multitude d’autres services », a dit Fred Hahn.

« Maintenant, après un simulacre de consultation, le gouvernement Ford montre les dents de nouveau, en prenant pour cible les travailleurs de première ligne dévoués, les menaçant avec un projet de loi visant à réduire les salaires, les avantages sociaux et les conditions de travail des employés du secteur public. Au SCFP, nos membres ont un salaire moyen de 40 000 $ par année. Au cours de la dernière décennie, lorsqu’il y a eu des augmentations de salaire, elles n’ont pas suivi le taux d’inflation. Le gouvernement envoie un message clair aux autres employeurs : que la saison de chasse est aussi ouverte contre leurs employés », a-t-il ajouté.

Un gouvernement qui renonce à des milliards de dollars en revenus, qui gaspille des centaines de millions de dollars (et peut-être un autre milliard de dollars) en annulant des contrats signés, et qui tente ensuite d’équilibrer le budget au détriment de centaines de milliers de travailleurs ontariens dévoués tout en proclamant la nécessité d’une loi de « modération salariale » devrait être considéré comme une véritable honte », a dit Fred Hahn.

Il a poursuivi en exhortant les Ontariennes et Ontariens, et pas seulement les membres du SCFP, à ne pas appuyer un gouvernement qui est indifférent au mal qu’il inflige aux normes et valeurs chères aux citoyens de cette province.

« Les Ontariens et Ontariennes doivent s’exprimer haut et fort dans les bureaux des députés provinciaux, dans leurs communautés, dans les rues et devant l’Assemblée législative de l’Ontario. Les membres du SCFP se joindront à eux. Si on laisse faire Doug Ford et son gouvernement, ils infligeront des dommages irréparables à cette province. Personne ne doit rester inactif », a conclu Fred Hahn.