Chandra Pasma | Service de recherche du SCFP

Après des décennies de compressions en éducation postsecondaire, il est temps que le gouvernement fédéral réinvestisse dans notre avenir.

Les chiffres sont sidérants. Au milieu des années 1980, les subventions de l’État, tant provincial que fédéral, totalisaient 80 pour cent du budget total des collèges et des universités. Aujourd’hui, les gouvernements en couvrent à peine 50 pour cent.

Les conséquences de cette baisse du financement de l’État à l’éducation postsecondaire publique sont dramatiques. L’accessibilité à l’enseignement supérieur a diminué. Les frais de scolarité ont explosé, forçant de nombreuses personnes à entamer leur vie d’adulte (et de jeune parent) croulant sous d’énormes dettes. Les universités et les collèges sont de plus en plus dépendants des dons privés ou des contributions des entreprises, ce qui augmente l’influence des corporations et la privatisation insidieuse de l’éducation. De plus, les emplois sur les campus sont de plus en plus précaires. Cela accroît le stress des travailleurs et nuit à la qualité générale de l’éducation.

Le gouvernement fédéral peut et doit en faire plus pour l’éducation postsecondaire. Il doit adopter une loi sur l’enseignement postsecondaire, créer un transfert dédié à ce secteur, augmenter le financement des transferts de 40 pour cent et collaborer avec les provinces à la réduction et l’éventuelle élimination des frais de scolarité.

C’est pourquoi le SCFP a lancé une campagne visant à pousser le gouvernement fédéral à en faire davantage. Le SCFP a préparé, entre autres, des dépliants, des documents d’information sur les politiques, une trousse de défense, et un guide de conversation structurée. Les sections locales sont invitées à envoyer des cartes postales au premier ministre Trudeau et à signer une pétition. Elles ont accès à de nombreux outils pour pouvoir participer à la campagne nationale.

Pour en savoir plus, visitez le scfp.ca/ilesttempsdagir ou écrivez à postsecondaire@scfp.ca.