Le SCFP-Nouvelle-Écosse se réjouit que l’arbitre Lorraine Lafferty ait émis une décision arbitrale sur consentement hier pour les infirmières auxiliaires autorisées (IAA) qui sont membres du NSGEU et s’apprête à demander que cette décision soit aussi accordée pour les membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

« Le SCFP a pleinement l’intention de veiller à la parité salariale de nos membres », a déclaré Louise Riley, présidente du comité de coordination des soins de longue durée du SCFP-Nouvelle-Écosse. « Nous avons écrit au ministre de la Santé et du Mieux-être et à la Régie de la santé pour réclamer que toutes les infirmières auxiliaires autorisées obtiennent l’augmentation de salaire, quel que soit leur secteur ou leur lieu de travail. »

Cette décision émise le 15 juin 2020 fait suite à l’examen de la classification des IAA qui occupent les postes de l’ancienne Régie de la santé de la capitale représentée par le General Employees Union (NSGEU) de la Nouvelle-Écosse.

L’augmentation de salaire est rétroactive jusqu’au 17 mars 2014, et ce pour toutes les heures de travail. Les IAA admissibles à cette décision, qui étaient inscrites aux régimes de retraite de l’ancienne Régie de la santé de la capitale depuis 2014, recevront également une augmentation de leurs pensions de retraite.

« C’est une reconnaissance bien méritée pour le dévouement et le travail acharné des IAA de la province », a déclaré Louise Riley. « Toutes les infirmières devraient le recevoir et nous espérons que cette décision sera prise très bientôt. »

Le SCFP représente les IAA qui travaillent dans les soins actifs, les soins de longue durée et les soins à domicile dans toute la Nouvelle-Écosse.