Hugh Pouliot Service des communications du SCFP

Le 31 juillet, plus de 3 000 agents de bord de WestJet ont reçu une nouvelle fantastique : après une campagne de recrutement de plus d’un an, ils obtiennent leur tout premier syndicat avec le SCFP.

C’est une bonne nouvelle pour ces agents de bord, qui ont un travail très difficile. Leurs horaires sont imprévisibles. Ils sont responsables de la sécurité de centaines de personnes à 9 000 mètres d’altitude. Et, à cause des pressions de l’industrie pour obtenir un relâchement des règles de sécurité et des normes du travail, leur boulot devient de plus en plus pénible.

Tout cela est sur le point de changer avec l’entrée en scène du SCFP. Pour la première fois, ils auront une représentation syndicale indépendante et une convention collective exécutoire qui protègera leurs droits.

Avec ces 3 000 membres d’équipage de cabine de WestJet, notre division du transport aérien compte désormais 15 000 membres. Il s’agit de la plus importante campagne syndicale que le SCFP ait menée chez un employeur unique depuis des années. Et elle va améliorer la vie et le travail des agents de bord de WestJet et de l’ensemble du secteur.

« Quelle expérience incroyable que de travailler avec les militants internes de WestJet ! », s’enthousiasme David Fleming, recruteur au SCFP. « Leur passion et leur énergie étaient inspirantes. »

Bien sûr, il y a eu des embûches, comme dans toute campagne.

Tout d’abord, les employés de WestJet ont une centaine de lieux de travail différents et sont constamment dans les airs. Cela complique l’organisation de rencontres entre recruteurs et militants pour discuter des bienfaits de la syndicalisation.

La campagne doit son succès à de nombreuses rencontres à l’aéroport entre deux vols, à toute heure du jour et de la nuit. Nous avons fait un effort particulier pour joindre les nouveaux membres potentiels au téléphone, par l’entremise des réseaux sociaux et via des bulletins hebdomadaires distribués par courrier électronique.

« La campagne a été caractérisée par la créativité de ces nouveaux membres », poursuit M. Fleming. « Grâce à celle-ci et à leur énergie infatigable, nous avons pu communiquer de manière efficace avec les “WestJetters”. »

Les recruteurs du SCFP et les militants ont aussi été confrontés à des obstacles mis en place par l’employeur et ses alliés. Ceux-ci cherchaient désespérément à éviter la syndicalisation.

Nos gens ont riposté de manière créative en faisant ce qu’ils font le mieux : ils ont travaillé dur pendant de longues heures et n’ont jamais lâché. Dans les prochains mois, le SCFP canalisera le même esprit pour préparer ces nouveaux membres à négocier leur première convention collective.

Le SCFP poursuivra ses campagnes de recrutement chez les plus petits transporteurs de WestJet, Encore et Swoop. Mais les WestJetters, le SCFP et l’ensemble des militants qui ont mis l’épaule à la roue ont déjà remporté une grosse victoire.