Hier, lors d’un vote écrasant, le personnel du refuge Anova : A Future Without Violence, à London, en Ontario, a choisi de se joindre au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Anova est le plus grand refuge pour victimes de violence sexiste et sexuelle en Ontario. Chaque année, cet organisme vient en aide à des milliers de personnes survivantes par le biais de son refuge, de soutien, de plaidoyer et d’éducation.

« Nous sommes absolument ravies de nous joindre au SCFP, un syndicat très militant qui s’harmonise si bien avec les valeurs féministes d’Anova », raconte une employée de l’organisme, Christine W. « Alors que nous entrons dans la troisième année de cette pandémie, toutes les professions d’aide connaissent un niveau record d’épuisement professionnel. Notre organisme n’est pas différent. Nous sommes impatientes de travailler avec notre équipe de direction pour trouver des solutions, afin que nous puissions continuer à incarner la vision d’Anova d’un monde de pouvoir partagé où chacun peut vivre à l’abri de la violence. »

En Ontario, le SCFP représente plus de 35 000 travailleuses et travailleurs des services sociaux dans les organismes communautaires, les services de garde d’enfants, les sociétés d’aide à l’enfance, les services aux personnes ayant une déficience intellectuelle, les services sociaux municipaux, la protection de l’enfance, la santé mentale des enfants, les refuges et centres d’accueil et la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail.