Le piquetage a pris fin vendredi après-midi à L’Université du Nord de la Colombie-Britannique (UNBC), alors que la grève de l’Association des professeurs abordait sa quatrième semaine. Les membres de la section locale 2278 du SCFP, qui représente des aides-enseignants et la section locale 3379 du SCFP, qui représente le personnel de soutien de l’UNBC, ont maintenu leur position et leur solidarité tout au long de la grève.

Caroline Sewell, présidente de la section locale 3799 du SCFP, a dit que cette manifestation de solidarité a donné beaucoup de bons résultats. Les deux sections locales du SCFP ont bâti de bonnes relations, les membres ont développé des liens d’amitié et envisagent de maintenir leurs contacts en organisant des dîners mensuels.

« Cette solidarité est extraordinaire », a dit Caroline Sewell. Elle a fait l’éloge du SCFP-Colombie-Britannique pour son soutien, notamment le soutien de Paul Faoro, président, de Karen Ranalletta, vice-présidente générale et Rolanda Lavallée, vice-présidente régionale intérimaire du Nord du SCFP-Colombie-Britannique, sur la ligne de piquetage. La division a également fourni un soutien financier aux deux sections locales, tout comme l’Association des professeurs de l’UNBC.

Les sections locales du SCFP et l’Association des professeurs ont également accueilli sur la ligne de piquetage un autre syndicat sur le campus, la section locale 40 de Unite Here, pour la première fois dans l’histoire de notre organisation. Les membres de Unite Here se sont joints aux sections locales du SCFP alors qu’ils ne savaient même pas s’ils allaient recevoir une indemnité de grève!

Caroline Sewell a affirmé que de nombreux membres sont allés bien au-delà de ce qu’on attendait d’eux. La déléguée syndicale en chef de la section locale a installé une banque alimentaire dans sa maison et a préparé des paniers de nourriture tout en s’efforçant d’aider toutes les personnes en grève ainsi que les étudiants qui avaient besoin d’aide. Un autre membre, qui est également membre de l’Association des professeurs, a aidé la section locale 3799 à se préparer chaque matin, à participer à la ligne de piquetage pendant 8 heures chaque jour pour soutenir les syndicats et remplir à la fin de chaque journée de 8 à 10 sacs de déchets dans les divers sites pour les jeter.

« Il y a trop de héros pour tous les nommer », a dit Caroline Sewell. « Je suis extrêmement reconnaissante à tous ceux qui ont tant donné.  Tout cela au nom de la solidarité. »

Lors du dernier jour de la grève, la température a chuté à vingt sous zéro. Caroline Sewell a dit que le froid était intolérable. Elle a donné une astuce aux grévistes dont les cils étaient collés par la glace alors qu’ils faisaient du piquetage pour la première fois dans le nord : ne pas pleurer.

Paige Wilson, présidente de la composante 2278 du SCFP, a déclaré que cette grève était la première à laquelle participait sa section locale en tant que membres du SCFP. Ils se sont joints au SCFP en avril et ont négocié leur première convention collective cet automne, même si certains membres étaient à l’UNBC en 2015 lors de la première grève de l’Association des professeurs. Les deux tiers des membres de la composante 3 de la section locale 2278 du SCFP ont participé à la ligne de piquetage chaque jour pendant les 16 jours de la grève.

« Je suis extrêmement fière de nos membres de la composante 3 qui ont manifesté leur solidarité envers les professeurs », a déclaré Paige Wilson. « Nous avions six chefs de piquet qui étaient vraiment à leur affaire, et nos membres étaient là tous les jours. Ils se sont montrés dévoués et encourageants. »

Paige Wilson a fait un vibrant éloge de la section locale 3799. « Les membres de la section locale 3799 du SCFP étaient incroyables. Ils nous ont fourni un soutien émotif sur la ligne de piquetage. Ils nous ont aidés à bien des égards en nous montrant comment manifester notre solidarité. Ils ont été extraordinaires. »

Comme de nombreux membres de la composante 3 de la section locale 2278 du SCFP sont aussi des étudiants, Paige Wilson a indiqué que la transition entre le travail et les cours pouvait présenter certaines difficultés.

« C’était un moment à la fois triste et joyeux parce que les professeurs n’ont pas de convention collective. Nous serons à leur côté jusqu’à ce que le travail soit terminé », a-t-elle déclaré. « Nous sommes soulagés que la grève soit terminée, mais nous savons qu’il nous faudra encore lutter. »

Regarder l’album photo du SCFP-C.-B.