Les charges de travail excessives menacent la qualité et l’efficacité des services de protection des enfants dans le Nord de l’Ontario et exposent au risque les enfants, les jeunes et les familles vulnérables, selon les représentants des employés de la Société d’aide à l’enfance du district de Nipissing et Parry Sound.

Les employés des services de protection de l’enfance de la région sont épuisés en raison du volume élevé des dossiers. Mais contrairement à d’autres sociétés d’aide à l’enfance (SAE) en Ontario, celle de Nipissing et Parry Sound n’a pas d’outils ni de mécanismes de contrôle de la charge de travail des employés.

Les travailleuses et travailleurs de première ligne sont frustrés par le refus de la direction de leur société de s’attaquer aux causes du problème et de trouver des façons d’améliorer les services de la SAE dans le Nord de l’Ontario.

« Le travail en trop assigné à un nombre insuffisant d’employés a un impact sérieux sur les familles que nous desservons », a déclaré Debbie Hill, présidente de la section locale 2049 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

« Cela signifie que nous n’avons pas assez de temps pour établir des relations de confiance avec les jeunes qui nous sont confiés. Nous ne pouvons pas mener des visites approfondies auprès des familles. Nous nous inquiétons constamment que quelqu’un ne soit laissé pour compte et de se retrouver avec un autre décès d’enfant. »

Dans le cadre de la négociation des contrats avec la SAE de Nipissing et Parry Sound, le SCFP a cherché des solutions aux problèmes au travail qui ont un impact direct sur les travailleuses et travailleurs et sur les familles, notamment la charge de travail. Cette question a des répercussions dans de nombreux autres domaines préoccupants pour les travailleurs, dont les congés de maladie, le roulement du personnel, le recrutement et le maintien en poste et l’utilisation d’employés occasionnels.

Mais la SAE de Nipissing et Parry Sound refuse d’envisager une charge de travail maximale ou d’autres mesures visant à améliorer la protection de l’enfance dans le Nord.

« Il est dangereux de maintenir des charges de travail excessives pour les familles que nous desservons ainsi que pour les travailleuses et travailleurs de la protection de l’enfance. Nous voulons que notre employeur collabore avec nous à prévenir une tragédie », a dit Debbie Hill.

Pour éviter un éventuel accident tragique et pour assurer la qualité des services à la SAE de Nipissing et Parry Sound, le syndicat incite la société à mettre en œuvre la recommandation du rapport du vérificateur général de 2015 concernant les charges de travail dans les sociétés d’aide à l’enfance : « Élaborer des points de référence établissant une charge de travail standard pour les services de protection de l’enfance permettant aux sociétés d’aide à l’enfance et au Ministère de comparer périodiquement les charges de travail et de s’assurer qu’elles soient raisonnables.

Pour souligner la détermination des employés à régler la question de la charge de travail et d’autres problèmes à la SAE de Nipissing et Parry Sound, le SCFP sera en médiation avec la société jusqu’au 23 décembre. Par la suite, les employés de première ligne pourraient se trouver en situation de grève légale ou de lock-out.

« Nous sommes désireux de régler la question de la charge de travail et d’autres problèmes au cours des négociations. Mais nous sommes également déterminés à faire tout notre possible pour nous assurer que les enfants et les familles dans le Nord obtiennent les services qu’ils méritent », a conclut Debbie Hill.