Encore une fois, les efforts déployés pour mettre fin à la grève des 435 employés de première ligne, d’administration et de soutien de la Société d’aide à l’enfance de la Région de Peel (SAE de Peel) tombent à plat, la direction ayant quitté la table des négociations. Cette grève dure depuis six semaines.

Hier soir, les négociateurs de la section locale 4914 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP 4914) ont présenté une proposition d’entente que sa présidente Sonia Yung juge « équitable, raisonnable et abordable ».

« Tout cela, en plus d’être terriblement frustrant pour nos membres, s’avère épouvantable pour les familles qui ont besoin du soutien que leur prodiguent nos membres, a réagi Mme Yung. Depuis le début de cette grève, la SAE de Peel n’arrive pas à fournir le niveau de soutien dont la communauté a besoin. »

Les membres du SCFP 4914 ont déclenché la grève le 18 septembre. Les parties n’arrivent pas à s’entendre sur la gestion de la charge de travail et l’évaluation des emplois.

« Hier, raconte Mme Yung, nous espérions trouver, de l’autre côté de la table, un partenaire prêt à trouver des solutions créatives et à prioriser l’intérêt des familles, au lieu de quoi nous avons eu devant nous un employeur qui s’est simplement retiré des négociations, encore une fois. »

Mme Yung prie les familles qui ne reçoivent pas le soutien dont elles ont besoin de dénoncer la situation. Elle soutient que c’est ce que feront aussi les membres du SCFP 4914.

« Les familles que nous accompagnerions normalement viennent nous dire qu’elles ne reçoivent pas les services dont elles ont besoin, explique-t-elle. Nous craignons que, si la situation perdure, certaines de ces familles passent entre les mailles du filet social, avec des conséquences tragiques. »

Mme Yung ajoute que le comité de négociation du syndicat est prêt à reprendre les pourparlers « en tout temps ».