Le centre-ville de Montréal. Photo SCFPLe SCFP-Québec salue la décision d’augmenter le budget de l’Office québécois de la langue française (OQLF) annoncée par le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) lundi. La francophonie est une réalité historique et géographique du Québec depuis plus de 400 ans et sans mesures proactives pour la défendre, elle dépérirait.

« La situation est inquiétante, surtout dans la région de Montréal. Des données récentes ont démontré que 63 % des entreprises d’ici ont exigé que les futurs employés possèdent un certain niveau de maîtrise de l’anglais. Les Québécois et Québécoises ont le droit de travailler en français; il faut assurer la valorisation de notre langue », déclare Benoit Bouchard, président du SCFP-Québec

L’ouverture prochaine de trois bureaux (Laval, Longueuil et Drummondville) permettra à celui de Montréal de se concentrer sur la situation actuelle de la grande métropole. L’OQLF créera ainsi 50 nouveaux postes permanents, passant à 291 employés.

« Le gouvernement pose un geste concret. Il faut non seulement surveiller l’utilisation de la langue au Québec, mais aussi soutenir et accompagner les entreprises pour qu’elles arrivent à faire vivre le fait français. », de conclure Marc Ranger, directeur québécois du SCFP.