La première journée de la session automnale de 2019 à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) n’aura pas lieu. Les employés de soutien de l’université seront en grève le 3 septembre 2019, à minuit et une, et ce, pour une durée de 24 h.

« On demande à la communauté universitaire de respecter nos droits à la négociation collective et de ne pas franchir les piquets de grève mardi matin. Nous attendons toujours un retour de l’employeur. Nous souhaitions un règlement, mais à la suite de la dernière offre de l’employeur présentée point par point au mois de juillet, la réponse de l’assemblée générale a été un vote de grève avec appui de 93 % des participants », d’expliquer Louisa Cordeiro, présidente du Syndicat des employées et employés de l’UQAM (SEUQAM).

Les 1800 employés de soutien demandent que l’employeur revienne à la table avec une meilleure offre salariale, car celle-ci est à la source du litige. L’offre présentée aux syndiqués est inférieure à celle obtenue par d’autres employés du secteur universitaire québécois, ce que les membres du SEUQAM jugent inadmissible.

« L’offre du syndicat est plus que raisonnable. Nous comprenons l’effort nécessaire pour obtenir l’équilibre budgétaire. Nos membres ont déjà contribué à aider l’université à atteindre ses objectifs, notamment par leur travail qui se fait à effectif réduit depuis plusieurs années, parfois au prix de leur santé », d’ajouter la présidente.

Les employés de soutien de l’UQAM sont sans convention collective depuis le 31 mai 2017. Le vote de grève a eu lieu le 3 juillet dernier.

« Dans un contexte économique où il y a une pénurie de main-d’œuvre, nous voulons rappeler à la direction que nos membres offrent des services de qualité à la communauté universitaire. Nous voulons continuer à contribuer à l’essor de notre institution », de conclure Mme Cordeiro.