Un parapluie rouge et blanc protège des pièces de monnaie de la pluieLe SCFP affirme que le gouvernement libéral devra en faire plus pour aider des millions de Canadiens dont les revenus ont chuté ou entièrement disparu à cause de la pandémie de COVID-19.

Le SCFP trouve des points positifs dans l’annonce, faite aujourd’hui, d’un plan visant à prolonger la Prestation canadienne d’urgence (PCU) jusqu’au 27 septembre avant une transition vers l’assurance-emploi. Le SCFP est également heureux de voir le gouvernement établir une prestation hebdomadaire minimale plus élevée de 400 dollars, tout en soulignant que cela est considérablement moins par rapport aux 500 dollars sur lesquels les bénéficiaires de la PCU pouvaient compter.

« Le marché du travail n’a pas rebondi et les factures des gens n’ont pas baissé, mais le gouvernement diminue le soutien essentiel. Il laisse les Canadiens vulnérables avec 400 dollars de moins en poche chaque mois en pleine crise sanitaire mondiale », a déclaré le président national du SCFP, Mark Hancock.

Le SCFP accueille favorablement la création d’une prestation hebdomadaire de 500 dollars pour les aidants naturels pendant un maximum de 26 semaines et d’une prestation de congé de maladie de 500 dollars par semaine pendant un maximum de deux semaines. Le mérite pour cette dernière mesure revient au premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, qui a milité vigoureusement pour la création d’un congé de maladie payé.

Le SCFP est également satisfait de la création d’une prestation hebdomadaire de 400 dollars pendant 26 semaines pour les travailleurs qui accomplissent des petits boulots. Néanmoins, nous sommes déçus de voir que cette prestation sera beaucoup moins généreuse pour ceux, parmi ces travailleurs, qui sont au chômage sans aucune faute de leur part. Nous réclamons la correction immédiate de cette inégalité.

« Ce ne sont pas seulement des chiffres. On parle de centaines de milliers de personnes et de familles qui verront leur soutien réduit. Le gouvernement doit faire mieux. Nous encourageons les partis d’opposition à utiliser leur influence dans ce parlement minoritaire pour forcer le gouvernement à bonifier son offre », a souligné le secrétaire-trésorier national du SCFP, Charles Fleury.