Le taux de roulement du personnel hospitalier ontarien a doublé et le personnel paramédical éprouve des difficultés en raison de l’augmentation rapide du volume d’appels. C’est pourquoi le personnel hospitalier et paramédical de la région d’Ottawa prévient que l’ampleur de la crise va s’aggraver et que l’accès aux soins est en péril, à moins que le gouvernement provincial ne change de cap.

Le SCFP tiendra une conférence de presse le mardi 13 septembre 2022 à 11 h devant le service des urgences/ambulances de l’Hôpital Civic d’Ottawa. Son but : publier des données spécifiques à Ottawa sur le nombre d’infirmières, d’infirmiers et de membres du personnel paramédical, de bureau et de soutien à embaucher cette année dans les hôpitaux de la région uniquement pour maintenir les soins et services actuels.

Officiellement, le taux de roulement du personnel hospitalier en Ontario est de 14,95 pour cent. « Perdre autant de gens expérimentés, c’est intenable », estime Dave Verch, infirmier auxiliaire autorisé (IAA) et premier vice-président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO-SCFP).

Les récentes fermetures temporaires à l’hôpital Montfort et aux hôpitaux d’Almonte, Perth-Smith’s Falls, Alexandria et Kemptville ne feront « que s’intensifier » sous l’actuelle stratégie de ressources humaines en santé du gouvernement conservateur provincial, ajoute-t-il. « Rien de tout cela n’est normal ni acceptable. Et considérant que la population d’Ottawa vieillit et grandit, le gouvernement est sur la bonne voie pour causer des souffrances indicibles aux patients, aux patientes et au personnel hospitalier de première ligne.

Partout en Ontario, la demande de services paramédicaux a augmenté de 40 pour cent au cours de la dernière décennie, en raison des pressions d’un système de santé sous-financé et d’une population vieillissante. La situation est plus dramatique à Ottawa, puisqu’en 2022 seulement, le volume d’appels a augmenté de 25 pour cent sans que la dotation en personnel suive ce rythme.

“Pour que les gens puissent obtenir une ambulance dans des délais raisonnables, le gouvernement ontarien doit investir suffisamment dans la dotation en personnel paramédical et la capacité hospitalière”, résume Carrie Lynn Poole-Cotnam, secrétaire-trésorière du SCFP 503, le syndicat de 600 membres du personnel paramédical à Ottawa. Le nombre élevé d’incidents “code zéro” au cours des dernières années démontre un besoin urgent de ressources supplémentaires, car le personnel ambulancier a du mal à répondre à la demande croissante. »

En Ontario, le SCFP représente 50 000 membres du personnel hospitalier de première ligne, notamment des IAA, des préposées et préposés aux services de soutien à la personne, du personnel de nettoyage, des porteurs et porteuses, du personnel administratif et plus de 600 ambulanciers, ambulancières, répartiteurs et répartitrices.