Le SCFP est consterné devant le geste posé par la Ville de Saint-Constant afin de régler le climat malsain qui règne depuis longtemps dans le milieu de travail des cols bleus. La Ville a en effet congédié un employé et suspendu sans salaire trois d’entre eux.

Pourtant, le syndicat a, à maintes reprises, dénoncé la situation et lancé une invitation à l’employeur pour entreprendre une démarche paritaire permettant de trouver une solution durable à ce problème.

« Il aura suffi, cette fois, que d’une simple plainte déposée par un gestionnaire pour que la Ville de Saint-Constant agisse cavalièrement en licenciant un employé et en suspendant trois autres », déplore Carole Bouchard, conseillère du SCFP.

Toujours selon la partie syndicale, cette action constitue un prétexte pour alimenter l’environnement de terreur. Ces mesures disciplinaires injustifiées seront contestées par voie de grief. Les membres de la section locale 2566 du SCFP sont outrés par le comportement de l’employeur.

« La Ville a choisi de débourser des sommes importantes pour tenter de défendre ces mesures et maintenir ce climat de travail toxique plutôt que de chercher, comme la loi le prévoit, des moyens pour assainir le milieu. C’est du jamais vu! », de conclure la conseillère.