Le Conseil régional de Waterloo a choisi de fermer cinq garderies municipales qui fournissaient des services à plus de 250 familles de la région et employaient plus de 50 personnes. Cette décision à courte vue risque de priver des familles et des travailleuses et travailleurs de première ligne d’importants services de garde d’urgence, alors même que la vague omicron amplifie la pénurie de main-d’œuvre en garderie en Ontario.

« Le Conseil régional de Waterloo aurait pu éviter une pénurie de personnel en gardant ces précieuses places en garderie ouvertes, surtout pendant la pandémie », explique Noelle Fletcher, présidente de la section locale 1883 du SCFP. « Les travailleuses et travailleurs de la garde d’enfants et de l’apprentissage préscolaire se sont mobilisés pendant les premières vagues de la pandémie pour fournir des services d’urgence, pour perdre leur emploi par la suite. La région a largement sous-estimé la valeur des services de garde d’enfants et des personnes qui les fournissent. Et voilà que la municipalité a besoin que ces mêmes personnes reviennent pour fournir des services d’urgence aux travailleuses et travailleurs de première ligne. Faudrait peut-être se brancher ! »

Face à de nouveaux défis (notamment des éclosions généralisées de COVID-19 dans les garderies, une insuffisance de tests PCR, de masques N-95 et de filtres HEPA, de nouvelles exigences d’isolement et une importante pénurie de personnel), travailleuses, travailleurs et familles pourraient bientôt se rendre compte que la région n’est pas en mesure de répondre à leurs besoins en matière de garde d’enfants, rapporte le SCFP.

« On espère que cette pénurie de personnel servira de signal d’alarme, qu’elle fera réfléchir le Conseil régional de Waterloo », ajoute Carolyn Ferns, coordonnatrice des politiques à la Coalition ontarienne pour de meilleurs services éducatifs à l’enfance (OCBCC). « Avec des changements à la haute direction de la région et une élection municipale imminente, l’occasion est parfaite pour Waterloo de devenir un chef de file en matière de garde d’enfants, comme elle l’était autrefois, en rouvrant les garderies fermées pour répondre avec souplesse aux besoins des familles. Travailleuses et travailleurs ont un besoin urgent de services de garde abordables et de qualité. »

Avant que le Conseil ne décide de fermer les garderies municipales en décembre 2020, des dizaines de familles avaient plaidé pour sauver celles-ci, en vain.