Les travailleurs des services de garde appuient la fermeture de leurs établissements dans le cadre de l’appel à la distanciation sociale des autorités sanitaires. Cependant, les travailleurs des garderies sans but lucratif du Manitoba craignent fortement que la fermeture des centres et le passage aux garderies privées à domicile les laissent sans emploi à l’avenir.

« Le soutien du gouvernement aux services de garde pendant la COVID-19 est important, mais son approche pourrait saper les garderies sans but lucratif à l’avenir », estime le président du SCFP-Manitoba, Abe Araya. « Nous entrons en terrain dangereux quand le gouvernement confie aux chambres de commerce le pouvoir de distribuer des fonds publics pour la garde d’enfants. »

De nombreux travailleurs des services de garde occupent des emplois à bas salaire; en se retrouvant au chômage, ils auront plus de difficulté que d’autres à subvenir aux besoins de leur famille.

Les services de garde sont un secteur essentiel au Manitoba. Ces travailleurs ont besoin de soutien.

Le SCFP présente les demandes suivantes au gouvernement :

  • Le personnel des services de garde manitobains devrait bénéficier de l’intégralité de son salaire et de ses avantages sociaux en cas de fermeture, de mise en quarantaine ou d’auto-isolement préventif en raison de la COVID-19.
  • À la réouverture des services de garde pour les enfants des travailleurs des services essentiels, le personnel doit recevoir une formation complète, du matériel de santé et de sécurité et des ressources relatives à COVID-19.
  • L’octroi d’un financement provincial pour les garderies privées à domicile temporaire doit rester que temporaire. Et il ne doit pas servir de justification pour opérer ultérieurement un transfert des garderies à but non lucratif accréditées vers les garderies privées à domicile.
  • Le personnel des services de garde ne devrait pas être obligé de prendre des congés de maladie ou des vacances pour s’auto-isoler, se mettre en quarantaine ou à cause de la fermeture des installations.
  • Tous les fournisseurs de services de garde doivent s’assurer que le personnel mis à pied, mis en auto-isolement ou mis en quarantaine à la suite de la pandémie de COVID-19 sera rappelé au travail.
  • En cas de fermeture complète, le gouvernement provincial devrait continuer de subventionner intégralement les garderies, y compris le coût des frais de garde pour les familles, et adopter des mesures de secours et de sécurité du personnel.

Le gouvernement fédéral élargit l’accès à l’assurance-emploi, mais les employeurs, les centres et les gouvernements ne devraient pas utiliser celle-ci comme moyen pour contourner leur responsabilité de soutenir leur personnel. « Au bout du compte, les travailleurs des services de garde à but non lucratif du Manitoba ont besoin de l’assurance qu’on protège leur gagne-pain et leur avenir, insiste Abe Araya. Je suis convaincu que tous les Manitobains reconnaissent la valeur de ces travailleurs pour notre société. Nous devons les soutenir. »