Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Ottawa – Dans son empressement à permettre aux compagnies aériennes canadiennes d’utiliser un agent de bord pour 50 sièges passagers, Transports Canada n’a pas assuré la sécurité des passagers comme il en a le mandat, lorsqu’il a permis à Sunwing de modifier la procédure d’évacuation d’urgence décrite dans son Manuel des agents de bord (MAB). Le Syndicat canadien de la fonction publique, qui représente les agents de bord de Sunwing, a fait ce constat à la lumière d’une décision de la Cour fédérale.

En décembre 2013, le SCFP a contesté devant la Cour fédérale la décision de Transports Canada d’approuver la modification au MAB. Dans une décision rendue plus tôt cette semaine, un juge de la Cour fédérale arrive à la conclusion que Transports Canada a approuvé cette modification sans avoir procédé à un examen approfondi de l’évaluation des risques que lui avait soumise Sunwing à sa demande. La cour a annulé la modification. Dans la décision, on peut lire :

« Le fait que Transports Canada n’ait pas mené “l’examen approfondi” requis sème le doute sur l’intégrité de la décision finale, au point de pouvoir miner la confiance en l’application de son mandat en matière de sécurité des passagers aériens. Cette lacune pourrait mettre en danger la sécurité des passagers et de l’équipage dans une situation d’urgence. »

Pour pouvoir utiliser le ratio d’un agent de bord pour 50 sièges passagers au lieu de la norme éprouvée en matière de sécurité d’un agent de bord pour 40 passagers, Sunwing devait démontrer qu’elle pouvait évacuer un avion en 15 secondes avec un nombre inférieur d’agents de bord. Après trois échecs lors de tests menés les 22 et 27 novembre 2013, l’inspecteur de Transports Canada, Luc Mayne, a proposé de laisser tomber l’ordre de blocage figurant dans la procédure d’urgence du MAB. Cela a permis à Sunwing de réussir son quatrième essai.

En donnant l’ordre de blocage, l’agent de bord ordonne à deux personnes valides de retenir les autres passagers pendant qu’il va ouvrir une des portes de l’avion. Cela a pour but d’éviter que les passagers se ruent vers la porte et l’atteignent avant l’agent de bord, ce qui peut entraîner des situations dangereuses.

« Sunwing doit maintenant se plier à la décision de la cour et réinstaurer l’ordre de blocage dans sa procédure d’évacuation. Transports Canada doit aussi assurer la sécurité des passagers comme il en a le mandat en mettant à la poubelle le ratio 1:50 et en réinstaurant le ratio 1:40, qui a fait ses preuves, et ce, pour toutes les lignes aériennes canadiennes », a déclaré le président de la Division du transport aérien du SCFP, Michel Cournoyer

Le SCFP représente plus de 10 000 agents de bord, dont 1 000 chez Sunwing. Les autres travaillent chez Air Canada, Air Transat, Calm Air, Canadian North, Canjet, Cathay Pacific et First Air.

Pour en savoir plus, contactez : 
Philippe Gagnon
Relations avec les médias, SCFP
 613-894-0146