Black & Veatch, un soumissionnaire potentiel pour les contrats de privatisation dans le secteur des eaux potables et usées du Canada, fait l’objet d’un nouveau profil d’entreprise mondiale en infrastructure.

Black & Veatch a conclu plusieurs contrats d’expert-conseil sur les biosolides avec des municipalités canadiennes, mais il n’a toujours pas décroché de participation à un grand PPP des eaux potables et usées. En 2010, l’entreprise faisait partie de la liste restreinte des candidats à un important contrat de services d’expert-conseil pour la mise à niveau de l’usine de traitement des eaux usées de Winnipeg.

Black & Veatch a obtenu de nombreux contrats d’envergure pour concevoir et construire des usines d’eaux potables et usées aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Asie.

Le profil s’inscrit dans une série publiée par le SCFP et l’Institut Polaris. Risques publics, profits privés braque les projecteurs sur les entreprises de services d’eaux potables et usées dans le marché des PPP du Canada. Les profils expliquent les structures et la gouvernance des entreprises, leurs activités de lobbying, leurs contrats de PPP passés et présents et leurs controverses et problèmes judiciaires.

Les entreprises étudiées sont diverses.  Elles vont des grandes sociétés internationales aux plus petits financiers et entrepreneurs basés au Canada. Toutes sont considérées comme des participantes probables aux projets d’eaux potables et usées en PPP du Canada par l’agence fédérale de promotion des partenariats public-privé, PPP Canada.

La série Risques publics, profits privés  est un outil important pour les collectivités qui contestent les PPP. La pression en faveur de la privatisation s’accroît.  La société d’État fédérale PPP Canada vise les systèmes d’eaux municipaux et le Fonds Chantier Canada du gouvernement conservateur oblige tous les projets d’infrastructure d’une valeur de plus de 100 millions de dollars à évaluer la possibilité de recourir à un PPP.