Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Bien que le budget manitobain dévoilé aujourd’hui ne prévoie pas de hausses significatives des crédits accordés aux services publics, le SCFP est heureux d’y constater l’absence d’un gel salarial dans la fonction publique.

« La réduction du déficit ne se fait plus sur le dos des membres du SCFP, comme dans les budgets précédents, et nous en sommes heureux, a déclaré Kelly Moist, présidente du SCFP-Manitoba. Soulignons aussi que ce budget ne contient pas le type de compressions qu’appliquent les autres provinces. »

Le SCFP applaudit la décision du gouvernement d’investir plus d’argent dans les services à la famille, les écoles et les établissements de soins de longue durée, tout en pointant qu’il faut allouer ces ressources au personnel de soutien qui soigne les Manitobains en première ligne.

« Il est important, pour la qualité de notre éducation et de nos soins de santé, que les employés de soutien des écoles et les aides-soignants reçoivent leur part du financement afin de pouvoir travailler avec des ressources adéquates, explique Mme Moist. Nous collaborerons avec la province pour que ces ressources supplémentaires aillent aux bons endroits. »

Les engagements financiers en matière de services à la famille et d’éducation préscolaire constituent des aspects importants de la campagne d’équité salariale du SCFP.

Le syndicat appuie aussi la décision de la province d’augmenter ses revenus au lieu de sabrer les dépenses dans les services de première ligne. Du même souffle, il remet en question le recours à une taxe de vente au lieu d’augmenter les impôts des mieux nantis et des sociétés les plus riches : « Le SCFP croit que ceux qui réussissent le mieux dans le climat économique actuel, soit les sociétés les plus riches, devraient assumer leur juste part, poursuit Mme Moist. Le Manitoba doit raffermir ses politiques fiscales et évoluer vers un modèle fiscal plus équitable. »

Enfin, le SCFP applaudit le gouvernement manitobain qui donne l’exemple en augmentant encore une fois le salaire minimum cette année et qui évalue encore la pertinence d’associer le financement des infrastructures aux partenariats public-privé.