Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

L’annulation du programme national de garderies : coût élevé et peu de choix

Le 6 février marque le cinquième anniversaire de l’annulation, par le premier ministre Stephen Harper, du programme national de garderies. Défenseurs des garderies et groupes de femmes profitent de l’occasion pour lancer un message au gouvernement : le Canada a besoin d’un réseau public d’éducation et de services de garde à la petite enfance. C’est urgent!

En 2006, le premier geste des Conservateurs après leur accession au pouvoir fut de clore les accords fédéral-provinciaux qui auraient établi un nouveau programme national d’un milliard de dollars par année. À la place, le gouverne-ment dépense deux fois plus sur son substitut, la Prestation universelle pour la garde d’enfants, qui verse aux parents 100 dollars/mois par enfant de moins de six ans. Les frais de garde dans certaines villes canadiennes peuvent dépasser 1 200 dollars/mois.

Le ralentissement de la croissance des places en garderies réglementées complique davantage les choses. Nombre de familles, faute de place, sont contraintes d’opter pour des garderies non réglementées du secteur à but lucratif. En 2008, le nombre de places réglementées couvrait à peine 20 pour cent des enfants de 0 à 5 ans; la situation était pire dans les régions rurales et pour les enfants à besoins particuliers. Les études internationales sur les services de garde classent le Canada derrière les États-Unis et l’Australie.

Le syndicat des travailleurs autoroutiers de la Nouvelle-Écosse satisfait de l’initiative sur l’asphaltage

Le syndicat des travailleurs autoroutiers (Highway Workers’ Union) de la Nouvelle-Écosse est satisfait de l’initiative du gouvernement provincial visant à rapatrier une partie des travaux d’asphaltage et de réparation. « Notre syndicat répète la même chose aux gouvernements précédents depuis des années, affirme Gareth Drinnan, président du SCFP 1867 : nos membres font du bon boulot à bon prix. Nous sommes heureux de constater que le gouvernement actuel est prêt à réfléchir hors du cadre, surtout si cela permet de dépenser moins de taxes en coûts. »

Entre-temps, Danny Cavanagh, président du SCFP-Nouvelle-Écosse, a déclaré ceci : « Nous sommes quelque peu déçus, mais peu surpris, de la réaction de la Road Builders Association, qui semble peu encline à épargner quelques dollars de taxes aux contribuables. Il y a vingt ans, la province possédait sa propre usine d’asphalte, au produit de qualité mondiale. Les gouvernements antérieurs ont préféré sous-traiter le travail. Néo-Écossais, posez-vous la question : nos routes sont-elles meilleures depuis? »

RPC – Ted Morton et les conservateurs ne sont pas au diapason des Albertains

Deux Albertains sur trois veulent que leur gouvernement provincial collabore avec les autres provinces pour hausser les prestations du Régime de pensions du Canada (RPC) et 77 pour cent d’entre eux croient que la hausse des prestations du RPC devrait être la priorité si l’on veut améliorer la sécurité à la retraite de tous les Canadiens, selon un nouveau sondage rendu public le 4 février. Le groupe Environics Research a mené le sondage au début de janvier pour le compte du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) après que le ministre des Finances Jim Flaherty eut annoncé soudainement, à la fin de l’année dernière, que le gouvernement conservateur avait l’intention de retarder la bonification du RPC.

Le sondage d’opinion montre que seulement 32 pour cent des Albertains sont d’accord avec l’opposition de leur gouvernement provincial à l’augmentation des prestations du RPC. Par ailleurs, 56 pour cent pensent que les gouverne-ments fédéral et provinciaux prennent trop de temps pour changer le système de retraite du Canada – un nombre considérablement plus élevé que la moyenne canadienne de 48 pour cent signalée dans un sondage similaire SCFP-Environics publié semaine dernière.

« Les positions adoptées par d’importants progressistes conservateurs comme l’ancien ministre des Finances Ted Morton sont nettement contraires aux points de vue des Albertains, constate M. Moist. Le gouvernement doit prendre conscience de ce que pensent déjà la plupart des Canadiens—c’est-à-dire qu’une hausse graduelle des primes au RPC payées par les travailleurs et les employeurs pour augmenter les prestations est la meilleure solution pour améliorer la sécurité à la retraite. » Pour l’ensemble des questions et des conclusions, et les conclusions du sondage national du SCFP, consultez : http://scfp.ca/rpc/rpc-ted-morton-et-les-conservateurs-ne.

« On veut un contrat équitable! » lancent les travailleurs des services sociaux et communautaires de la C.-B. au ministre Krueger

Les 15 000 travailleurs sociaux et communau-taires de la Colombie-Britannique, dont 2 500 membres du SCFP, demandent à leurs sympathisants de contacter leur député et le ministre du Développement social, Kevin Krueger, pour exiger un contrat équitable. Les syndicats représentant les travailleurs sociaux et communautaires ont lancé un site Internet : cssfairdeal.ca. Visitez-le et envoyez un courriel au ministre Krueger (ainsi qu’à votre député) pour exiger un traitement juste pour les travailleurs des SSC!

Le SCFP conclut un accord de principe avec la maison de soins infirmiers de Port Hawkesbury

La section locale 3630 du SCFP a conclu un accord de principe au terme de ses négociations avec la maison de soins infirmiers de Port Hawkesbury. « Étant donné que le déclenchement d’une grève était imminent, il s’agit d’un résultat positif. Nous avons réussi à nous entendre grâce à l’aide d’un conciliateur du ministère du Travail », affirme John Evans, représentant national du SCFP. Aucun détail concernant l’entente ne sera rendu public avant la ratification.

Le SCFP-C.-B. lance une campagne pour appuyer l’initiative « Ten Percent Shift »

Le 3 février, la campagne du SCFP-C.-B. « Ten Percent Shift » a franchi un grand pas en lançant son site Web, www.tenpercentshift.ca, ainsi qu’une page Facebook qui offrira aux Britanno-Colombiens la possibilité de contribuer à améliorer les économies locales de toute la province.

Les gens qui consultent le site peuvent prendre l’engagement Ten Percent Shift et convenir de consacrer dix pour cent de leurs achats à des biens et services locaux acquis chez des entreprises indépendantes locales. Barry O’Neill sillonnera la province au cours des mois qui viennent pour faire la promotion de la campagne « Ten Percent Shift ».

Le SCFP au ministre Strahl: Reconsidérez les changements à la sécurité dans les avions

Le SCFP, qui représente 9 000 agents de bord, s’inquiète d’une modification à la liste des articles réglementés et interdits qui aurait pour effet de réduire la sécurité et la sûreté des passagers et agents de bord dans les avions. Les changements, annoncés le 3 février, sont à l’effet que les règles concernant les articles réglementés et interdits seront moins vigilantes, et vont entre autre permettre que des passagers amènent à bord des articles dangereux comme des ciseaux.

« Il y a des solutions alternatives qui seraient efficaces sans sacrifier les normes de sécurité actuelles, affirme le président national du SCFP, Paul Moist, dans une lettre datée du 28 janvier adressée au ministre fédéral des Transports, Chuck Strahl. Ce n’est pas le temps d’être moins vigilants à propos de la sécurité. » Le SCFP considère que la prudence est de mise dans ce dossier et demande que le ministre et le gouvernement Harper consultent de manière significative les intervenants appropriés et reconsidèrent leur décision.

La direction de Toronto Hydro a menti à propos de la filature d’un représentant syndical

Le SCFP section locale 1, qui représente les travailleurs de Toronto Hydro, exige un changement de direction après avoir obtenu, par la loi d’accès à l’information, des documents prouvant que la haute direction a menti : elle avait bel et bien embauché des détectives privés pour filer son représentant en santé-sécurité Joe Pessoa.

En juin 2010, on informe les dirigeants syndicaux de cette filature. Ceux-ci écrivent à Anthony Haines, chef de la direction de Toronto Hydro, lui demandant de confirmer ou d’infirmer ce renseignement. M. Haines leur a répondu par la main d’Ave Lethbridge (vice-président à l’efficacité organisationnelle et à la santé-sécurité-environnement, ainsi que représentant à l’intégrité du service public). La lettre de l’employeur affirme que ces allégations sont « tout à fait fausses » et « qu’aucune filature du genre n’est en cours ».

Pourtant, des documents internes de Toronto Hydro qu’a obtenus le SCFP 1 le 21 janvier 2011 confirment que la société a assuré une surveillance exhaustive du représentant en santé-sécurité du syndicat. Cette filature avait été confiée à des équipes de deux à trois détectives privés travaillant jusqu’à 13 heures par jour.

« En embauchant des détectives privés pour suivre un représentant syndical, a expliqué John Camilleri, président du SCFP 1, Toronto Hydro a commis une infraction sérieuse aux relations de travail; elle a violé les droits du syndicat prévus par la loi et les droits de ses membres à être représentés par des représentants syndicaux libres d’intimidation de la part de l’employeur. L’utilisation, par la direction de Toronto Hydro, de tactiques si extrêmes entre dans ses tentatives soutenues de réduire au silence les membres du SCFP 1 dans les dossiers de santé-sécurité au travail. Ce n’est que la plus récente des nombreuses tactiques qu’elle utilise pour faire taire l’opposition des travailleurs à ses mesures de compression budgétaire dangereuses ».
 
SCFP-N.-É. : L’augmentation des droits de scolarité n’est pas une solution

Le président du SCFP-Nouvelle-Écosse, Danny Cavanagh, se dit déçu que la province ait décidé de supprimer le gel des droits de scolarité et d’instaurer un plafond de trois pour cent. « Les membres du SCFP ne font pas que travailler dans les universités de la Nouvelle-Écosse, explique Danny Cavanagh. Ils y étudient aussi, à temps partiel ou à temps plein. Nos 18 000 membres paient des droits de scolarité pour que leurs fils et leurs filles puissent aller à l’université ou au collège. Ils sont aussi les parents de jeunes enfants et se demandent s’ils pourront leur assurer une éducation postsecondaire. »

« Quant à la réduction de quatre pour cent dans le financement des universités, nous ne croyons certainement pas qu’elle devrait se faire aux dépens du personnel des premières lignes comme les aides à l’enseignement ou les professeurs à temps plein ou à temps partiel », affirme Barb Moore, présidente de la section locale 3912 du SCFP représentant les AE et les professeurs à temps partiel de Dal, SMU et MSVU.

Les Canadiens veulent que le gouvernement Harper agisse dans le dossier du RPC

Quatre-vingts pour cent des Canadiens croient que la hausse des prestations du Régime de pensions du Canada (RPC) devrait être la priorité du gouvernement Harper pour améliorer la sécurité à la retraite et 81 pour cent sont d’avis que le RPC devrait être un enjeu important des prochaines élections fédérales, selon un nouveau sondage rendu public le 2 février.

Le sondage d’opinion montre aussi qu’une majorité de Canadiens s’opposent à ce que le gouvernement fédéral remette à plus tard la bonification du RPC. Plus de 50 pour cent ne sont pas d’accord avec la décision du gouvernement Harper de retarder la hausse des prestations du RPC en faveur de régimes de retraite collectifs privés pour celles et ceux qui peuvent se permettre d’y cotiser. Seulement 38 pour cent appuient cette mesure.

L’appui à un meilleur RPC traverse les allégeances politiques. Soixante-quatorze pour cent des répondants qui s’identifiaient comme conservateurs conviennent que la hausse des prestations du RPC devrait être la priorité du gouvernement Harper pour l’amélioration de la sécurité à la retraite des Canadiens. Ce pourcentage n’est que légèrement inférieur à la moyenne nationale. Les électeurs conservateurs croient aussi, au même niveau que le résultat national, que la réforme progresse trop lentement.
 
Pour voir toutes les questions et conclusions du sondage, consultez : http://scfp.ca/rpc/les-canadiens-veulent-que-le.
 
Révision saluée par les infirmières auxiliaires autorisées de la Braemore Home à Sydney
 
Le syndicat représentant les infirmières auxiliaires autorisées (IAA) de la Braemore Home à Sydney salue la révision complète des programmes et du fonctionnement de cette institution qu’a annoncée la ministre des Services communautaires. John Evans, représentant national du SCFP : « Les 30 IAA de la section locale 1478 se réjouissent de la décision de la ministre. Comme les autres travailleurs de première ligne du centre, les IAA souhaitent jeter la lumière sur les événements récents et espèrent que cette révision le permettra. De plus, nous sommes heureux que la ministre ait accepté d’inclure la gouvernance de l’établissement dans cette révision. » 

La CSI salue la création d’une nouvelle fédération syndicale indépendante en Égypte

La Confédération syndicale internationale (CSI ) a fait part de son soutien vigoureux à l’appel à la grève générale que l’opposition égyptienne a lancé dans l’intérêt de la démocratie et des droits fondamentaux. Cette initiative de l’opposition fait suite à l’appel à la grève générale de la toute nouvelle centrale syndicale indépendante. 

La nouvelle centrale syndicale, qui rassemble des syndicats indépendants existants du secteur de la santé et de l’inspection des impôts ainsi que des représentants de la main-d’œuvre des principaux sites de production du pays, de fonctionnaires et de personnels d’autres secteurs, a annoncé sa création lors d’une réunion organisée le 30 janvier à la Place Tahrir au Caire et a immédiatement lancé un appel à la grève générale. Elle a par ailleurs annoncé la formation de comités au sein d’entreprises de tout le pays dont l’objectif est de protéger les infrastructures de travail.

Le Conseil général de la CSI, qui se réunit cette semaine à Bruxelles, décidera des mesures à adopter pour aider les mouvements syndicaux tunisien et égyptien à agir en faveur d’une transition démocratique et du respect complet des droits de la main-d’œuvre.

Le SCFP célèbre le Mois de l’histoire des Noirs!

Le SCFP est fier de souligner le début du Mois de l’histoire des Noirs. Chaque février, des membres du SCFP de tout le pays prennent le temps de reconnaître l’apport des Canadiens d’origine africaine à notre syndicat et à notre pays.

Paul Moist et Claude Généreux : « Le SCFP célèbre le Mois de l’histoire des Noirs dans le cadre de son engagement à promouvoir un syndicat actif et accueillant qui apprécie chacun de ses membres, ont-ils écrit. Les membres de la communauté noire de notre syndicat jouent un rôle clé dans la lutte pour l’égalité au travail. »

Plusieurs activités se tiendront à travers le pays. Surveillez SCFP.ca pour tout voir.

Signature d’une première convention collective historique entre le SCFP et le district scolaire de Medicine Hat

Le 2 février, le SCFP et la division scolaire de Medicine Hat signeront une première convention collective pour environ 170 aides à l’enseignement et éducatrices en garderies qui viennent de syndiquer. Jake Braaten, président de la section locale 829 du SCFP, a déclaré que bien que le SCFP représente d’autres employés des écoles, les aides à l’enseignement sont un nouveau groupe qui a récemment voté en faveur de l’adhésion au syndicat. La conven-tion collective prévoit l’amélioration de la sécurité d’emploi et des salaires, en plus d’accorder la permanence à certains employés auparavant temporaires.

Le SCFP se joint à une manifestation monstre en appui aux travailleurs lockoutés de la U.S. Steel à Hamilton

Des membres du SCFP de toute la province sont venus marcher, le 29 janvier, en appui aux travailleurs lockoutés de la U.S. Steel à Hamilton, en Ontario. Cette manifestation syndicale constitue la plus grande du genre en Ontario depuis les Journées d’action de 1996 dirigés contre le gouvernement de Mike Harris. Les membres du SCFP se sont mêlés à la foule de militants qui a bloqué le centre-ville. Les organisateurs attendaient 6 000 personnes, mais les évaluations mentionnent 9 000 à plus de 10 000 personnes.

En novembre dernier, la U.S. Steel a lockouté ses travailleurs pour tenter de saborder leur régime de retraite. Sous-jacent au litige, on trouve l’incapacité de la société américaine à observer les mesures prises pour respecter la convention collective en place lorsqu’elle a acquis l’usine de Stelco, il y a maintenant plusieurs années.
 
Les manifestants ont accusé le gouvernement Harper de ne pas savoir protéger les emplois et régimes de retraite des travailleurs canadiens. Le syndicat des métallos et d’autres syndicats porteront ce message à Ottawa, le 1 mai, lors d’une manifestation sur la Colline Parlementaire.

Regarder l’album photo du SCFP à : http://cupe.ca/gallery2/v/Hamilton+day+of+Action/.

Plusieurs millions de dollars pour les IAA et les aides-soignants de la C.-B.

Le SCFP aide les infirmières auxiliaires autorisées (IAA) et les aides-soignants de la C.-B. à obtenir un fonds de formation de 2,5 millions de dollars. Les IAA et les aides-soignants seront employés plus efficacement en soins de courte et longue durée. Depuis dix ans, le Syndicat des employés d’hôpitaux (SEH), la Division des soins de santé du SCFP de la Colombie-Britannique et ses 43 000 membres, a mené une campagne de lobbyisme sur les besoins en formation des IAA et des aides-soignants, afin de pallier les lacunes en formation dans le système de la santé de la province. Ce nouveau gain résulte d’une entente intervenue dans la dernière ronde de négociation entre le syndicat et les employeurs.

Les chefs de direction des soins infirmiers et des ressources humaines des autorités de la santé partout dans la province ont soutenu les efforts du syndicat. Ces autorités auront l’entière responsabilité d’approuver les projets et de distribuer les 2,5 millions de dollars du fonds de formation, mais le SEH apportera ses idées et recevra des rapports sur l’utilisation de cet argent.

Le fonds devra à servir à donner de la formation et de l’enseignement aux aides-soignants en soins de courte durée; parfaire les compétences cliniques des aides-soignants et des IAA en centres de soins de longue durée et développer le leadership des IAA dans ce type de soins; former les IAA en soins rénaux et préopératoires, en soins d’urgence, en santé mentale et en maternité. Pour en savoir plus, visitez le site Internet du SEH (en anglais) à : http://www.heu.org/MemberNews/2011/01/Newsletter6984/index.cfm?call2=HOMEPAGE&type=3.

  

rks/sepb 491