Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Au septième jour de la reprise des activités au port de Montréal, d’importants embouteillages et retards perturbent les activités. Selon les débardeurs, l’Association des employeurs maritimes (AEM) détient la clé, mais hésite à s’en servir, probablement pour réaliser de petites économies. Les débardeurs citent en exemple un horaire spécial prévu à la convention collective qui permet la livraison et la réception de conteneurs par camion dix heures par jour plutôt que huit.

« Même si le lock-out inutile de l’AEM a été levé au bout de cinq jours, ses effets continuent de se faire sentir. Cette semaine, la situation est très pénible pour les camionneurs et les compagnies qui attendent les conteneurs. Nous partageons leur frustration, puisque nous n’avons ni responsabilité ni contrôle là-dessus Nous demandons donc à l’employeur d’utiliser tous les moyens à sa disposition pour que le port tourne à 100  pour cent », déclare Daniel Tremblay, président du Syndicat des débardeurs du port de Montréal (SCFP 375).

« Le 20 juillet, l’Administration portuaire de Montréal a obtenu une injonction notamment pour poursuivre des travaux d’asphaltage sur un terminal. Ces travaux, pourtant non urgents, se poursuivent et contribuent au ralentissement. Par ailleurs, cette semaine, la Ville de Montréal exécute d’importants travaux d’aqueduc sur une des deux voies de la rue Notre-Dame en direction est, ce qui aggrave la situation. Le moins que l’AEM puisse faire, c’est de minimiser les retards en maximisant les quarts de travail, comme le permet la convention collective », ajoute le président.

Les débardeurs du port de Montréal sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2008. Ils ont été mis en lock-out par l’AEM du lundi 19 juillet au samedi 24 juillet. La veille, en assemblée générale extraordinaire, près de 700 d’entre eux ont voté à l’unanimité en faveur du protocole de retour au travail qui a mis fin au lock-out.

Le SCFP est le principal syndicat dans le secteur du débardage au Québec. Les débardeurs des ports de Montréal, Québec, Matane, Contrecœur, Sorel-Tracy, Bécancour et Trois-Rivières sont affiliés au SCFP. Avec près de 105 000 membres au total, le SCFP est le plus important affilié de la FTQ.