Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Sainte-Anne-de-Madawaska  (NB) - Les employés municipaux du Village de Sainte-Anne-de-Madawaska, membres de la section locale 4576 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), ont été mis en lock-out ce matin par le conseil municipal.

« Il est navrant qu’une petite municipalité comme Sainte-Anne avec seulement trois employés municipaux ait choisi de poser un geste aussi extrême au lieu de s’assoir à la table et de continuer de négocier », de dire Gérald Leblanc, conseiller syndical au SCFP.

« Lorsque nous avons débuté nos négociations, le village a demandé à ses employés des concessions pour lui permettre de faire face à sa situation financière précaire. Nous avons accepté certaines demandes mais la municipalité est revenue à la charge en demandant encore plus de concessions », d’expliquer Leblanc.

« La municipalité veut geler les salaires, diminuer les avantages sociaux, éliminer des emplois en plus de s’attaquer à la clause de l’ancienneté et des heures de travail garanties par la convention collective. »

« Au lieu de retourner à la table pour essayer de trouver un terrain d’entente, ils ont choisi de mettre en lock-out leurs employés.  Un tel geste montre à quel point le conseil municipal a peu de respect pour ses employés », de dire Leblanc.

La convention collective de la section locale 4576 est expirée depuis le mois de décembre 2009.