Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le SCFP national tient à préciser sa position sur le communiqué de presse du 2 janvier 2009 du SCFP-Ontario annonçant l’intention de proposer une résolution visant à bannir des universités ontariennes les universitaires israéliens qui refuseraient de condamner l’offensive à Gaza.

En tant que président national du plus grand syndicat du Canada, qui compte plus de 580 000 membres, je peux affirmer qu’aucun des 2000 organismes à charte du SCFP – dont le SCFP-Ontario – n’a adopté une telle résolution. Je crois qu’une telle résolution serait injuste et contreviendrait aux principes anti-discrimination établis dans les statuts du SCFP. J’utiliserai mon influence lors de la tenue de débats sur une telle résolution afin d’en éviter l’adoption.

Dans une lettre envoyée le 2 janvier 2009 au premier ministre Harper, je condamnais tant les attaques à la roquette perpétrées par le Hamas contre Israël que la réponse disproportionnée du gouvernement israélien. Le bilan des morts au Moyen-Orient a dépassé les 900. Le SCFP national continuera à demander au premier ministre Harper d’ajouter le Canada au nombre croissant de pays qui exigent la paix au Moyen-Orient.

La promotion de la paix et de la solidarité internationale a été à la base du travail du SCFP depuis sa fondation, il y a 46 ans. Les événements des dernières semaines au Moyen-Orient sont tragiques et de nombreux innocents meurent chaque jour sous le regard incrédule du reste du monde.

La politique nationale du SCFP sur le Moyen-Orient a été débattue en profondeur et adoptée à notre congrès national de 2003, en plus d’être réaffirmée au congrès national de 2007. Cette politique prévoit que le syndicat doit :

« Exiger que le gouvernement israélien se retire immédiatement des territoires occupés et se conforme aux résolutions 242 et 338 de l’ONU;

Demander et promouvoir activement la fin de tous les gestes de violence qui entraînent la mort de personnes innocentes, qu’elles soient palestiniennes ou israéliennes;

Aider à élaborer un processus de paix basé sur l’égalité entre Israéliens et Palestiniens et sur l’application des résolutions des Nations unies et du droit international. »